En riposte aux massacres israéliens : Neuf morts lors d’une opération martyre à Tel-Aviv





Neuf personnes ont été tuées et des dizaines blessées hier dans une opération martyre palestinienne à Tel-Aviv, la plus meurtrière depuis août 2004, peu avant l'inauguration du nouveau Parlement israélien issu des législatives du 28 mars. Le Quotidien-Agences L’opération, qui s'est produite alors que les Israéliens célèbrent la Pâque juive, a été perpétrée dans une sandwicherie de l'ancienne gare routière de Tel-Aviv, une zone très fréquentée. "Plusieurs blessés" touchés dans l’opération d’hier sont dans un état grave, ont indiqué les sources médicales. Il s'agit de l’opération la plus meurtrière en Israël depuis celui commis le 31 août 2004 à Beersheva, dans le sud du pays, par le mouvement radical Hamas et qui avait fait 16 morts. * Revendication Un interlocuteur anonyme parlant au nom du Jihad islamique a affirmé que l’opération coïncidait "avec la journée du Prisonnier" et constituait une riposte "aux massacres israéliens et au siège imposé à notre peuple". Le Jihad islamique a distribué un enregistrement vidéo en Cisjordanie dans lequel on peut voir le kamikaze, Sami Salim Hamadah, lisant son testament, le front ceint d'un bandeau noir et portant un fusil et un Coran. Hamadah, âgé d'une vingtaine d'années, était originaire de Qabatya, près de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie. Le Jihad islamique a revendiqué les huit dernières opérations martyres anti-israéliennes. Dans un autre communiqué, les Brigades des Martyrs d’Al Aqsa a revendiqué lui aussi l’opération. * Israël menace, Abbas condamne Réagissant à l'attaque, le Premier ministre israélien en exercice Ehud Olmert a affirmé qu'Israël "saurait riposter par les moyens qui s'imposent". "Nous saurons riposter par les moyens qui s'imposent", a déclaré Olmert à la presse. "Les groupes terroristes tentent sans relâche de mener des attaques en Israël et contre nos forces de sécurité et nous n'avons pas tout le temps la possibilité d'empêcher de telles attaques", a-t-il ajouté. Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a pour sa part condamné l'attentat "terroriste" et appelé la communauté internationale à intervenir pour mettre fin à la "grave détérioration" de la situation dans la région. "Le président Mahmoud Abbas a condamné l'attentat terroriste commis ce jour dans l'ancienne gare routière de Tel-Aviv, faisant des morts et des blessés parmi les civils israéliens", a affirmé le bureau de Abbas dans un communiqué. "Cet attentat viole le consensus national palestinien et porte atteinte aux intérêts de notre peuple", a-t-il ajouté. * La faute à Israël Le mouvement radical palestinien Hamas, dont est issu le gouvernement de l'Autorité palestinienne, a affirmé quant à lui que l’opération martyre de Tel-Aviv était "une conséquence naturelle de l'agression israélienne"."Cette opération est la conséquence naturelle de la poursuite de l'agression et de l'escalade israéliennes", a déclaré le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zohri. "L'occupation israélienne porte la responsabilité de la situation actuelle en raison de ses crimes contre les femmes et les enfants (palestiniens) ainsi que les assassinats, les arrestations et la judaïsation" des territoires palestiniens, a-t-il ajouté. L'opération a eu lieu avant l’inauguration à Al-Qods occupée de la dix-septième Knesset dont les membres ont été élus le 28 mars. Prévu pour hier après-midi l’inauguration a été reportée. Les représentants du parti centriste Kadima, dirigé par Olmert, chargé de former le prochain gouvernement, ont fait état de progrès dans les tractations avec les travaillistes qui devraient se joindre au cabinet, à la suite d'une nouvelle rencontre hier. _________________________________ La communauté internationale condamne Le Quotidien-Agences Washington a condamné hier "dans les termes les plus forts possibles" l'opération-suicide la qualifiant d'acte "infâme". "Nous condamnons l'attaque terroriste d'aujourd'hui à Tel Aviv dans les termes les plus forts possibles", a déclaré devant la presse le porte-parole de la Maison-Blanche Scott McClellan. "Il s'agit d'un acte de terreur infâme pour lequel il n'existe aucune excuse ni aucune justification", a-t-il dit. "Nous présentons nos condoléances à ceux qui ont été blessés et aux familles de ceux qui ont été tués, ainsi qu'au gouvernement et au peuple d'Israël", a-t-il dit. A Paris, le ministre français des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy, a condamné "avec force" l’opération. "Cet attentat suicide (...) suscite un sentiment d'horreur. Rien ne peut justifier cet acte de haine que je condamne avec force et qui a été également condamné par le président de l'Autorité palestinienne" Mahmoud Abbas, a déclaré le ministre, cité dans un communiqué. "Dans cette épreuve, je veux présenter mes sincères condoléances aux familles des victimes et témoigner de ma sympathie aux autorités israéliennes", a-t-il ajouté. Moscou a également condamné "fermement et sans réserve" l’opération-suicide, en Israël a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères. "Nous condamnons fermement et sans réserve l'attaque sanglante des extrémistes qui ont une nouvelle fois porté atteinte à des innocents", a déclaré le ministère dans un communiqué. "En ce moment critique, nous appelons toutes les structures du pouvoir de l'Autorité palestinienne à faire le maximum pour empêcher des actions anti-israéliennes (...) et le gouvernement israélien à faire preuve, malgré ces événements difficiles, de retenue et de sang froid", a ajouté la diplomatie russe. Par ailleurs, Berne a condamné "avec la plus grande fermeté le lâche attentat" et appelé "toutes les parties à la modération et, en toutes circonstances, au plein respect du droit international humanitaire". Dans un communiqué, le ministère suisse des Affaires étrangères précise que Berne attend en outre que "tout soit entrepris pour retrouver les auteurs de cet attentat et les traduire devant la justice".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com