Tunis : «Chouirreb» s’empare de l’épouse et chasse le mari…





Tunis - Le Quotidien La plus facile des solutions pour un paysan sans le sou, est de prendre ses cliques et ses claques et quitter la campagne avant de prendre la route à destination de la ville. C’est du moins, l’avis de ce jeune marié qui n’arrivant plus à subsister de l’agriculture, n’a pas hésité le moindre instant à embarquer sa jeune épouse à bord du premier bus quittant à jamais des terres arides et un environnement hostile. Arrivé à Tunis, le jeune couple s’est installé dans une maison située du côté du fameux quartier de Mellassine. A vrai dire, ce logement précaire appartient à un cousin ayant choisi l’exode pour les mêmes raisons. D’emblée, le jeune mari s’est mis à la recherche d’un emploi. Il fut embauché ainsi, par un petit entrepreneur comme manœuvre. Un emploi également précaire vu qu’on ne gagne que des miettes. Il fallait dès lors, que sa femme mette la main à la patte et parte travailler. Après avoir demandé à droite et à gauche, la jeune épouse a trouvé un emploi chez une famille. Elle part tous les matins tôt et ne rentre que tard le soir. Toujours est-il que ces allées et venues l’ont fait connaître auprès des voisins d’autant que la jeune épouse avait de quoi attirer les regards. Elle fut ainsi remarquée par les hommes du quartier lesquels n’ont pas tardé à tourner autour d’elle, qui par les paroles, qui par les gestes, pour lui exprimer leur admiration. Au passage, un malfrat surnommé «Chouirreb» est entré en scène. Il n’est pas allé, du reste, par quatre chemins en s’imposant dans la vie du couple. Notre truand a entraîné l’époux dans ses beuveries. Lorsqu’il constata qu’il ne pouvait plus s'en passer, le truand lui a proposé de l’approvisionner à condition que les beuveries soient organisées au domicile du jeune époux. Du coup, tous les soirs, les deux hommes se rencontrent au détriment de la jeune épouse qui ne pouvait rien faire d’autant qu’elle a affaire à un mari passif et à un truand dangereux. Devenu alcoolique, l’époux n’arrivait plus à rester lucide perdant rapidement le contrôle au grand bonheur de son ami. Ce dernier s’est fait un malin plaisir en allant appréhender la jeune épouse la forçant une première fois à se soumettre à ses désirs. A partir de cet instant, tous les soirs et après que l’époux ne perde le contrôle de ses capacités le truand s’installe sur le lit conjugal en obligeant l’épouse à satisfaire, ses caprices les plus vicieux. A la longue, l’épouse s’est habituée à ce rythme devenant consentante. Rapidement, les rumeurs ont circulé dans le quartier avant de parvenir à l’époux. Après mûres réflexions, il a mis au point un plan pour laver son honneur bafoué. Il fit semblant de perdre sa lucidité comme d’habitude avant de patienter le temps que le truand ne se mette au travail. Il ramassa alors un couteau et s’introduisit à l’intérieur de la chambre à coucher. Il constata de ses propres yeux que tout ce qui se dit dans le quartier était vrai. Il tenta alors d’asséner un premier coup à son rival. L’équilibre des forces était, tout naturellement en faveur du truand qui s’est relevé en se jetant sur l’époux. Après lui avoir asséné plusieurs coups de poing, il l’a jeté à l’extérieur, avant de retourner finir ce qu’il avait déjà commencé à savoir assouvir ses désirs comme si de rien n’était. Après avoir retrouvé ses forces, l’époux prit son courage à deux mains avant de se rendre au premier poste de police où il a informé les agents. Accompagné des auxiliaires de la justice, l’époux s’est rendu chez lui. Les agents n’ont trouvé que l’épouse laquelle a confirmé les dires de son mari racontant au passage tout son drame. Un mandat de recherche a été lancé pour retrouver «Chouirreb». H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com