Elections chez les jeunes avocats : Pleins feux sur les tractations, les alliances et les listes





Tunis - Le Quotidien Les élections des membres du Comité directeur de l’Association Tunisienne des Jeunes Avocats (ATJA), le 4 mars prochain, s’annoncent chaudes. D’autant plus que trois listes au moins entreront en lice. A une journée de la clôture des candidatures, huit jeunes avocats indépendants seulement ont déposé leurs candidatures pour les sièges du Comité directeur de l’ATJA. C’est que les tractations continuent entre les diverses sensibilités du barreau pour nouer des alliances et former des listes. Un seule liste a été déjà formée : la liste “unie” qui scande le slogan “Pour une association indépendante, démocratique et militante”. Elle regroupe a priori Mes. Mondher Charni, Khaled Krichi, Koutheïr Bouallègue, Leïla Mahmoud, Oula Ben Nejma, Abdeljaoued Hraïzi, et Samir Dilou. Des candidats proches de certains groupuscules de gauche, du courant d’obédience nationaliste arabe, du courant religieux et des indépendants. La deuxième liste est celle des jeunes avocats appartenant à des sensibilités de gauche qui refusent toute “alliance contre nature” avec le courant religieux. Les avocats proches du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) n’ont pas toujours formé leur liste. Le poste du président de l’Association divise toujours les candidats constitutionnels. Deux alternatives se présentent : Me Lotfi Arbi président sortant et Me. Mohamed Saïdana, membre du Comité directeur sortant. Les observateurs n’excluent pas une alliance de dernière minute entre les avocats proches du RCD et ceux proches des sensibilités de gauche refusant toute action commune avec le courant religieux. Ce scénario a eu lieu en 2004 quand des avocats de gauche se sont présentés sur une liste commune avec les candidats du parti au pouvoir. Elus au comité directeur, les deux avocats de gauche n’ont pas tardé à démissionner sur fond d’énormes pressions. Les alliances nouées jusqu’ici entre les sensibilités qui traversent le barreau constituent le “prolongement” du débat sur la participation du courant religieux à la vie politique qui divise l’opposition. Walid Khefifi _____________________________ Huit candidatures déposées Les huit candidatures déposées jusqu’ici ne comptent pas des avocats appartenant aux trois listes qui entreront en lice le 4 mars prochain. Il s’agit de candidats relevant de quatre gouvernorats différents à savoir : - Me. Sami Chtourou (Sfax) - Me. Haïthem Khedir (Sousse) - Me. Moncef Mekki (Tunis) - Me. Hasni Beji (Tunis) - Me. Iheb Harrabi (Sfax) - Me. Hatem Chalghoum (Médenine) - Me. Akram Marzouk (Sfax) - Me. Mourad Delliche (Tunis)


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com