Bilel Chebbi : «Un hommage aux grands peintres»





C’est du 3 au 18 mars que Bilel Chebbi organisera sa toute première exposition, au Centre culturel de la ville de Tunis. Un nouvel espoir pour la peinture tunisienne et une œuvre originale qui ne craint pas le mélange des genres. * Pourquoi êtes-vous décidé, justement maintenant, à réaliser votre toute première exposition ? C’est le pur hasard qui l’a décidé ! Mais cela n’empêche pas le fait que j’ai songé à cette exposition depuis longtemps. Dès que j’ai remarqué que le public commençait à s’intéresser à mes œuvres dans l’atelier de la rue du Caire, j’ai senti qu’il était temps pour ‘’mes enfants’’ de voir la lumière. L’heure est donc venue pour ce rêve d’enfance d’être réalisé. De plus, j’ai acquis, avec le temps, une certaine maturité dans les techniques que j’emploie et, grâce aux critiques des grands peintres tels (Zoubeir Turki, Lamine Tifi, Hamadi Ben Saâd, Mohamed el Ouah’ch…) qui m’ont soutenu et continuent de le faire. * Quelle est l’école prédominante qui influence votre peinture ? Franchement, je suis influencé par plusieurs écoles, allant du cubisme de Picasso jusqu’au courant expressionniste contemporain. Dans cette première exposition, vous trouverez de presque toutes les écoles et toutes les techniques (pastel, encre, huile, aquarelle…). Ceci dit, ce qui me touche le plus c’est la peinture italienne et principalement les œuvres de Raphaël. Le style de la fresque et de la peinture murale m’ont toujours fascinés. D’ailleurs, mes tout premiers pas dans la peinture, quand j’avais à peine dix ans, étaient des dessins d’anges en pastel et, à douze ans, j’ai réalisé une reproduction de la Guernica de Picasso. Je m’identifie donc le plus au cubisme et à l’école italienne mais sans nier ma véritable admiration pour les écoles tunisiennes. Dans cette exposition, j’ai rendu hommage aux grands peintres * Etes-vous certain de pouvoir concilier entre votre carrière ‘’économique’’ et votre vocation d’artiste ? Sincèrement, je pense que personne ne sait ce que lui réserve l’avenir. Actuellement, je suis très concentré sur mes études d’économie en parallèle à ma grande passion pour la peinture. Mais je pense qu’avec une bonne organisation, je parviendrai à concilier entre les deux domaines. De ce fait, j’ai un projet qui concilie l’économie et l’informatique dans un champ d’application pionnier. Je suis en train d’y travailler. M.A.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com