Le collectif a pris le dessus





Lemerre est revenu au classique 4-4-2 avec un entrejeu formé de deux récupérateurs et relanceurs (Mnari et Nammouchi) et deux milieux latéraux (Bouazizi à droite et Ben Saâda à gauche). C’est dire que l’équipe a évolué sans véritable régisseur, mais ça ne veut pas dire que sa manœuvre offensive était affectée. L’handicap des Aigles de Carthage, surtout en première mi-temps, c’était la lenteur face à un adversaire qui se replace rapidement et ne perd pas beaucoup de temps pour fermer les issues. Et là, Bouazizi n’a point excellé en optant pour une relance latérale et approximative alors, sur le plan physique, seul Nammouchi, habitué aux duels musclés, a tiré son épingle du jeu. Les difficultés rencontrées par les hommes du milieu auraient pu être surmontées avec une meilleure présence offensive des deux latéraux, mais ce soutien n’a été qu’épisodique puisque Jemmali, visiblement ému par cette première sélection malgré son talent, et Yahia qui a été tout de même plus actif, ont eu du travail en défense et n’ont pas voulu prendre beaucoup de risques devant. Pour sa part, la défense a flotté un peu au début et ce n’est qu’après avoir encaissé un but évitable qu’elle s’est reprise et a été plus agressive. Il a manqué de la synchronisation au travail de la défense, mais c’était quand même prévu puisque Lemerre a aligné un quatuor inédit qui a évolué ensemble pour la première fois. En attaque, Jaziri et Santos ont cherché des solutions individuelles pour surprendre une défense seule très solide. Ils n’ont pas eu beaucoup d’opportunités pour faire la différence, mais ils n’ont jamais hésité à combattre. Ce n’est qu’en deuxième mi-temps qu’on a eu à voir une manœuvre plus limpide et surtout plus rapide. La rentrée de Ghodhbane et Sdiri ainsi que la mobilité de Bouazizi, décalé sur le flanc droit de la défense, ont donné plus de poids aux mouvements collectifs et les occasions n’ont pas manqué pour égaliser. Kasraoui : a été l’auteur d’un bon match. Il ne pouvait rien sur le but serbe et a été décisif au moins à deux reprises. Une sortie très encourageante. Jemmali : Il était évident que ce joueur voulait réussir sa première sélection, mais il n’a pu échapper à la pression qui l’a quelque peu bloqué puisqu’il a rarement pris l’initiative d’avancer et de créer le surnombre à droite. Yahia : Malgré sa titularisation à gauche, il n’a pas démérité et a lutté avec beaucoup d’énergie. Il a également évolué dans l’axe après la sortie de Badra et l’a fait avec assez de réussite. A commis peu d’erreurs et il s’avère être un nouveau jocker pour Lemerre. Jaïdi : a alterné le bon et le moins bon. Solide au marquage, il surprend parfois par son excès de nervosité qui lui joue de mauvais tours. Sur le plan offensif, il n’a pas eu sa réussite habituelle malgré ses fréquentes montées. Badra : a retrouvé sa place dans l’axe défensif et a sorti un match honnête jusqu’à sa sortie après un choc avec un adversaire. Le capitaine a visiblement envie de prouver qu’il est toujours là et il semble avoir les moyens pour y parvenir. Mnari : il fut très actif en première mi-temps et moins performant à la reprise. Il a été très utile en récupération, mais n’a pas eu son apport coutumier au travail offensif. Bouazizi : alterna le bon et le moins bon, mais, curieusement, il a été plus présent et performant au poste de latéral droit en seconde période et a pu, grâce à ses qualités physiques, soutenir les mouvements offensifs. Nammouchi : il a été très présent à l’entrejeu malgré un finish approximatif. Combatif à souhait, il était parmi les rares à s’imposer et à lutter d’égal à égal avec les robustes Serbes. Toujours utile en phase offensive, il a intérêt à se débarrasser d’une certaine lenteur. Ben Saâda : a tenté de faire du bon travail dans la construction et de soutenir les attaquants, mais, malgré sa bonne volonté, il n’a pu tenir le coup sur le plan physique et son rendement a baissé à la reprise. Jaziri : il a été très actif en début du match en se créant quelques opportunités. Malheureusement, il n’était physiquement pas prêt pour un combat aussi musclé. Il a eu deux bonnes occasions en première mi-temps, mais il a manqué de réussite. Santos : malgré un bon début et une très grande activité sur le terrain, le buteur des «Aigles de Carthage» n’a pas été très heureux dans ses initiatives. A la reprise, la supériorité physique des défenseurs adverses a eu raison de lui. Clayton : a fait sa rentrée à la reprise et a essayé de contribuer au travail offensif, mais il a abusé des balles longues, facilement contrées par l’adversaire. Saïdi : rentré au milieu de la seconde mi-temps, il a laissé de très bonnes impressions grâce à sa solidité et son bon placement. Ce joueur a prouvé que son passage au Calcio lui a fait beaucoup de bien. Ghodhbane : incorporé à la reprise, il a amélioré la qualité de la manœuvre offensive sans briller particulièrement. Sdiri : d’habitude discret, il a été très actif avant-hier et a eu des occasions pour égaliser. Sa rentrée fut très bénéfique. Melliti : a joué peu de temps et n’a pas trouvé assez de temps et d’espace pour s’exprimer. En face, on a pu admirer la maîtrise technique et collective d’une formation serbe très équilibrée et solide. Les Serbes ont été parfois trop agressifs, mais l’EN a beaucoup gagné en les affrontant, s’agissant d’un adversaire qui allie la technique à la rigueur tactique et qui rappelle une certaine équipe... ukrainienne qu’on aura à rencontrer lors du Mondial 2006. Kamel ZAIEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com