E.O.G.K. : L’arbitrage, les réserves et des raisons d’espérer





Après Yosr Saâdallah, Aouaz Trabelsi ! L’E.O.G.K a été fortement pénalisée en cette phase cruciale de la saison mais on sait que ce n’est pas le genre à gémir ou à crier au vol. La pondération et la mesure sont deux vertus solidement ancrées chez les Aiglons. Autant dire que les copains de Georges n’ont guère démérité aussi bien devant l’U.S.M (1 - 1)que face à l’A.S.M (0 - 1). Dans ce dernier match, des réserves furent formulées à propos de la participation de Walid Kaddèche. Le commissaire du match E.S.T - A.S.M, Salah Gorgi, avait en effet, noté que l’arbitre Fouad Bahri a brandi deux cartons jaunes au visage de Kaddèche, même si le referee a omis de tirer le carton rouge après le second avertissement, surtout que la scène s’est passée en dehors de l’aire de jeu et sous le regard du commissaire de match, responsable de tout ce qui se passe hors du rectangle vert. L’E.O.G.K rappelle ainsi le précédent de son joueur Noomane Hmida, suspendu contre l’A.S.M suivant le rapport établi par Habib Ben Aïssa (et non l’arbitre du match E.O.G.K - U.S.M, Yosr Saâdallah). Du coup, le club goulettois-kramiste demande de faire rejouer son match derby face à l’A.S.M, considérant que Walid Kaddèche ne devait pas prendre part à ce match. Dans ce contexte de dernière ligne droite suffisamment enflammé, il serait en réalité malheureux de sévir à la tête du client et de rendre une forme de justice inique qui serait celle des «deux poids, deux mesures». * Plus d’efficacité et de réalisme Pourtant, les hommes de Kaïs Yaâkoubi savent parfaitement qu’ils ont toujours leur destin entre les mains. Dimanche, leur mission peut paraître impossible face à l’ogre espérantiste, mais ils ont tout à gagner et rien à perdre. Avec un effectif quasiment au complet, qui peut s’appuyer devant sur la force de percussion de Papa Georges et sur l’opportunisme de Chatrit ou de Abdelhak, l’Etoile de la Banlieue Nord peut améliorer ses performances offensive (3ème plus mauvaise attaque de Ligue 1, avec 15 buts seulement) et défensive (3ème plus mauvaise défense, avec 28 buts concédés). «Quand on ne marque pas, on encaisse automatiquement un but» : c’est Yaâkoubi qui se plaint ainsi du manque d’efficacité des siens, il y a cinq jours devant l’Avenir. «Mais on va continuer à travailler et à lutter jusqu’au bout», promet le jeune coach étoilé, ravi par l’esprit de conquête et par la combativité démontrés par Chatrit, une belle révélation, et ses compères appelés à faire oublier les durs départs de Walid Teyeb et Lassina Traoré. S.R.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com