La Chine augmente son budget militaire : Taïwan dans le collimateur





La Chine a annoncé hier une augmentation de son budget militaire de 14,7% en 2006, à la veille de l'ouverture de la session annuelle de son Parlement et sur fond de tensions avec l'île rebelle de Taïwan de nouveau semoncée pour ses visées indépendantistes. Le Quotidien-Agences "Selon le projet de budget soumis cette année à l'Assemblée, les dépenses consacrées à la défense nationale pour 2006 s'élèveront à 283,8 milliards de yuans (35 milliards de dollars)... en hausse de 14,7% par rapport à l'an dernier", a déclaré Jiang Enzhu le porte-parole de l'Assemblée nationale populaire (Parlement) dont les travaux s'ouvrent dimanche sous haute sécurité. "Je souhaite insister sur le fait que la Chine est une nation attachée à la paix (...). La Chine n'a pas l'intention ni la capacité d'accroître considérablement ses armements militaires", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse. Ces dépenses représentent 7,4% du budget fiscal et se situent à peu près au même niveau que celles de l'an dernier. Le budget est "relativement faible" comparé à celui des Etats-Unis qui ont dépensé 401,7 milliards de dollars en 2005, a fait valoir Jiang. Le budget doit être adopté au cours de la session de l'ANP au Grand palais du peuple de Pékin en présence de près de 3.000 délégués. L'armée chinoise est la première du monde avec quelque 2,3 millions de soldats et un budget en augmentation d'environ 10% chaque année ces 15 dernières années et avec une hausse de 12,6% en 2005 (29,9 milliards de dollars). Ces dépenses, jugées sous-évaluées par les Etats-Unis, soulèvent les craintes des pays voisins et de Washington face à la course rapide aux armements de la Chine qui menace la domination américaine dans divers domaines, de la conquête spatiale aux voies maritimes en Asie. L'Inde, autre grande puissance régionale, a annoncé le 28 février qu'elle allait augmenter ses dépenses militaires de 7,2% à 19,8 milliards de dollars pour l'année fiscale 2006/2007 afin de financer la modernisation de ses forces armées. Par ailleurs, Jiang a réitéré l'avertissement lancé par Pékin en début de semaine contre les "forces" et les "activités sécessionnistes" œuvrant à l'indépendance de Taïwan que Pékin considère sienne. "Nous sommes fermement déterminés à nous opposer à l'indépendance de Taïwan, aux forces et aux activites sécessionnistes, à maintenir la paix dans le détroit de Taïwan et à garantir la souveraineté de la Chine ainsi que son intégrité territoriale", a déclaré le porte-parole. En dépit des avertissements de Pékin, le président taïwanais Chen Shui-bian a décidé lundi dernier de supprimer le Conseil pour l'unification nationale (NUC), un organe uniquement consultatif mais très symbolique, qui prônait la réunification à long terme de l'île sécessionniste avec la Chine rivale. Pékin a immédiatement accusé le président taïwanais de mettre la paix "sérieusement en danger" et de conduire l'île à la "catastrophe".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com