Mounir Basli (Pdt J.S.) : «Résister vaille que vaille!»





JS traverse actuellement une mauvaise passe. Même si Mounir Basli, son président, garde un optimisme de bon aloi. * Mais qu’est ce qui arrive à votre club? Vous aviez charmé tous les sportifs tunisiens, des mois durant, par la qualité du football que vous aviez présenté et puis… coup de théâtre, déconvenues et déboires répétés et vous voilà dans une situation critique et très inquiétante. C’est la chute libre ou quoi? Nous sommes tous conscients de la gravité de la situation qui prévaut et qui aurait pu être meilleure s’il n’y avait pas eu plusieurs facteurs qui ont joué en notre défaveur. Je ne vais pas vous donner des justifications erronées, mais il est évident qu’outre les blessures en cascade qu’ont connues plusieurs joueurs-clés dans l’ossature du groupe, nous avons été, de l’avis même de tous les observateurs, l’objet de plusieurs erreurs d’appréciation des arbitres (pour ne pas dire injustice!) qui, en faussant le résultat de certaines rencontres ont fait que JS se trouve dans cette situation inconfortable et peu enviable… Ceci dit, il faut remarquer également que face à la pression incessante du public, les joueurs, déstabilisés et totalement déconcentrés, ont évolué durant les matches joués à domicile avec la peur au ventre. Le rendement a été, dès lors, en deçà de ce que nous avons tous souhaité. C’est vrai que ces derniers temps, il y a quelque chose qui ne marche pas bien, mais je suis persuadé que tout se passe sur le plan mental, car ce ne sont pas les volets technicotactiques qui ont fait défaut. Nous avons un entraîneur aux qualités insoupçonnables et nous disposons largement des moyens requis pour espérer quitter la zone dangereuse. Nous sommes toujours dans l’objectif du maintien et nous défendrons crânement nos chances jusqu’au bout. La balle est à présent dans le camp du staff technique et des joueurs afin d’assumer entièrement leurs responsabilités, redoubler les efforts, s’investir à fond et se surpasser afin de sauver les meubles. Assurément, nous sommes conscients de nos limites, mais nous connaissons parfaitement nos potentialités. Il faut simplement y croire. Avec le concours et la solidarité de toute la famille jendoubienne nous nous en sortirons. Reste qu’à présent il faut être plus réaliste, patienter et garder tout son optimisme. Rien n’est encore joué et le calendrier des matches à venir nous est toujours favorable. Il faut y croire et c’est tout… * A commencer par le match de cet après-midi? Mes protégés sont déterminés de l’aborder avec une volonté de fer. Ce sera une rude épreuve après les 3 points perdus à domicile contre la JSK. J’ai une pleine confiance en mes poulains pour qu’ils relèvent le défi. Ils m’ont promis de se battre à fond et ils le feront. Avec le même esprit d’accrocheurs que je leur connais, ils réussiront dans leur tâche. Je compte énormément sur le dévouement et le sacrifice de nos fidèles supporters pour continuer sur le plan moral, à soutenir les leurs surtout dans les moments difficiles. Nous ne lâcherons rien, nous nous dépenserons à fond et nous résisterons vaille que vaille, contre vents et marées, afin d’atteindre et réussir les objectifs que nous nous sommes assignés. H.H.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com