Moncef Barcous (Gérant de la marque “Moncef Barcous”) : «Le textile a besoin de l’intégration des nouvelles technologies»





Un des pionniers du textile tunisien, M. Moncef Barcous pense que le secteur dispose de plusieurs atouts, et jouit d’un soutien sans limite des autorités lui permettant de faire face à tous les défis. * Le Plan National du Textile a-t-il eu un impact positif sur le secteur en général? Bien sûr. Je dirais même que ce plan a sauvé et a poussé le secteur pour les dix prochaines années. Je crois que si le textile tunisien a pu réaliser des résultats remarquables en 2005, c’est grâce à ce plan qui a renforcé le programme de mise à niveau de ce secteur. Ce sont peut-être ces deux programmes qui font, depuis quelque temps, la différence pour le textile tunisien par rapport à ses concurrents directs. Il s’agit là de deux nouveaux atouts pour l’industrie tunisienne du textile. * Pourtant, certains industriels du secteur estiment que le PNT n’a pas donné des résultats remarquables au niveau de l’encadrement et la sensibilisation de la main d’œuvre tunisienne. Qu’en pensez-vous? L’homme d’affaires est toujours exposé à de nombreuses contraintes de différentes natures, mais avec une bonne planification et surtout une bonne gestion des ressources et de l’effectif de son entreprise, il peut s’en sortir. L’absentéisme et le manque de conscience de la main-d’œuvre sont des problèmes qui existent aujourd’hui et qui existaient depuis X temps, mais malgré cela on a pu résister et se développer. Il ne faut pas oublier que le textile tunisien est encore jeune. Et comme toute industrie jeune, il est tout à fait normal qu’il soit confronté à certains problèmes qui empêchent plus ou moins son évolution. * Vous pensez donc que le textile se développera davantage durant les prochaines années? Je suis de nature très optimiste pour l’avenir. Les résultats enregistrés en 2005 sont déjà une preuve de la bonne tenue du textile tunisien qui, dans une conjoncture assez difficile, a pu résister et même se développer. Je crois donc qu’il faut être optimiste et qu'il faut avoir confiance en nos compétences qui peuvent relever le défi et trouver les solutions pour continuer la croissance du secteur du textile. * Justement, quelles sont les solutions pour développer davantage le textile tunisien? Je crois que le textile artisanal et traditionnel ne peut plus résister aux changements de l’époque. Il faut donc se focaliser sur des segments spécifiques et avancés technologiquement. Il faut également changer nos méthodes de marketing et de commercialisation de nos produits, en recourant de plus en plus aux nouvelles technologies de l’information, notamment le Web qui pourrait être l’un de nos atouts durant la prochaine étape. * Quels conseils pourriez-vous donner aux jeunes investisseurs dans le textile tunisien? Je leur dirais qu’il faut savoir que rien n’est facile et que, sans les problèmes, on ne peut pas avancer. Ils doivent également avoir de la patience et être capables de résister à tous les problèmes et surtout d’être constamment optimistes . Propos recueillis par Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com