A.S.D. : Les joueurs en grève





N’ayant reçu que trois mensualités de leurs salaires, les joueurs insulaires ont décidé de ne pas se déplacer à Béni Khalled, pour exprimer leur mécontentement. Leur départ a été prévu mardi matin par bus. Certes, ils se sont présentés au départ et tout a semblé marcher sur des roulettes, mais à la surprise de tout le monde, S. Mogaâdi et consorts ont catégoriquement refusé de prendre le bus. Comme prétexte, ils ont réclamé tous leurs droits financiers dont les tranches de la prime de rendement et les primes de matches. Le président Ali Anane, a priori à Tunis, était absent. Et à part un ou deux dirigeants présents sur les lieux pour convaincre les joueurs à partir, personne n’a pu intervenir. Le délégué de Houmet-Souk s’est déplacé en personne pour essayer de trouver une solution à ce problème qui a secoué toute l’île des rêves, mais les joueurs ont tenu bon. Le Bureau directeur a donné une chance pour se racheter en leur réservant des places en avion pour éviter un scandale. En vain. Au cours de la soirée, le maire de Houmet-Souk a exigé de dissuader les joueurs, mais toujours sans résultats. Et jusqu’à hier matin, soit quelques heures avant le match de Béni Khalled, les joueurs tenaient toujours bon et le déplacement n’a pas eu lieu. * A qui la faute? Les choses étant ce qu’elles sont, à qui incombe la faute? Au bureau directeur ou aux joueurs? D’une part, ces derniers ont parfaitement raison, vu les situations pénibles qu’ils ont vécues ces derniers mois. D’autre part, le bureau directeur est en pleine crise financière qui s’est aggravée avec le temps à des circonstances atténuantes. Tout compte fait, il semble bien que les deux parties soient fautives. Le professionnalisme, c’est une mentalité avant tout et cette dernière fait visiblement défaut à nos dirigeants et aussi à nos joueurs. C’est pour cela que nous sommes encore très loin du professionnalisme dans notre pays, à tous les niveaux. S.F.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com