Sommet arabe de Khartoum : L’Irak et le conflit israélo-palestinien au centre des débats





Un sommet arabe se tiendra les 28 et 29 mars à Khartoum, sous la présidence du général Omar Hassan el-Béchir, dont la position internationale est fragile, pour examiner les contentieux inter-arabes les plus brûlants, surtout l'Irak et le conflit israélo-palestinien. Le Quotidien-Agences Les dirigeants arabes devraient reconduire l'Egyptien Amr Moussa, candidat unique au secrétariat général de la Ligue arabe, un poste qu'il occupe depuis 2001, indiquent des diplomates arabes au Caire. Le conflit israélo-arabe et l'Irak seront les questions principales du menu de ce sommet ordinaire, ont indiqué à l'AFP des responsables arabes. Les dirigeants arabes tenteront, pour la première fois, de limiter leur ordre du jour, ont-ils précisé. Le ministre jordanien des Affaires étrangères Abdel Ilah al-Khatib a indiqué que des consultations sont en cours pour fixer l'ordre du jour définitif de la conférence. "Le secrétariat général de la Ligue arabe mène des consultations avec les pays membres, la présidence sortante (Algérie) et la prochaine présidence (Soudan) afin d'adopter à ce sujet la position la plus adéquate", a-t-il dit. Les dirigeants arabes ont été appelés à "limiter leur discours à la session d'ouverture, pour passer immédiatement au travail à huis clos", a indiqué un responsable arabe. L'Irak, qui menace de sombrer dans une guerre civile confessionnelle et ethnique, sera au cœur des débats, alors que la Ligue arabe tente en vain depuis plusieurs mois de réconcilier sunnites, chiites et kurdes. Une réunion des communautés irakiennes sous les auspices de la Ligue, prévue en juin, reste incertaine. Le roi de Jordanie, Abdallah II, a pour sa part invité les communautés irakiennes à une conférence en Jordanie. Les pays arabes doivent réaffirmer leur refus d'envoyer des troupes en Irak, comme le leur suggère régulièrement Washington, indiquent les sources arabes. * L’ombre de Hamas Le conflit israélo-palestinien sera l'autre question principale des débats, à la lumière de la victoire du Hamas. Le mouvement islamiste ne devrait pas assister au sommet, ont affirmé des diplomates arabes, mais son ombre planera sur la conférence. Son rival, le Fatah, qu'il a battu aux législatives du 25 janvier, était jusque là l'interlocuteur privilégié de la Ligue. "En l'absence de négociations de paix crédibles avec Israël, l'aide financière aux Palestiniens aura la priorité", prédit un responsable arabe. Les relations arabo-africaines et la crise du Darfour, province de l'ouest soudanais théâtre depuis plus de trois ans d'une guerre civile, doivent être examinées par le sommet. Le président Béchir tentera d'obtenir le soutien arabe pour prévenir l'internationalisation du conflit du Darfour, à travers notamment l'installation d'une force de paix de l'Onu, qui serait supervisée par l'Otan, selon le voeu du président américain George W. Bush. L'Egypte et la Libye ont déjà assuré le président soudanais de leur appui. Le chef de l'Etat soudanais, qui s'est vu refuser la présidence de l'Union africaine (UA) en février, à l'issue de son sommet à Khartoum, est confronté à une vigoureuse opposition interne de la part des islamistes de Hassan Tourabi et du mouvement "Oumma" de Sadek Mehdi. Les deux opposants estiment que le rythme des réformes est lent et restent sceptiques quant à la volonté du dirigeant soudanais d'aller assez loin dans le pluralisme et la démocratisation du pays. La crise syro-libanaise ne figure pas formellement à l'ordre du jour du sommet. Mais la tension persistante entre les deux voisins, ne manquera pas d'être évoquée lors des débats ou en coulisse, indiquent des responsables arabes. Le président libanais Emile Lahoud, contesté par la majorité parlementaire anti-syrienne, a été invité à Khartoum, mais on ignorait si le Premier ministre Fouad Siniora l'accompagnerait. Siniora, chef de la majorité parlementaire, avait refusé de faire partie de la délégation de Lahoud à la dernière assemblée générale de l'Onu à New York.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com