A cinq jours du scrutin : Olmert se comporte en vaiqueur





Dopé par les sondages, le Premier ministre israélien par intérim, Ehud Olmert, se comporte en vainqueur à cinq jours des législatives et fixe les conditions de participation au futur cabinet. Le Quotidien-Agences Décidé à fixer unilatéralement les frontières d'Israël dans la prochaine législature, le leader du parti Kadima écarte la participation de partis opposés à un démantèlement de colonies en Cisjordanie occupée Tout parti qui voudra rejoindre la coalition "devra accepter mon plan de redéploiement", a déclaré Olmert dont le parti est donné largement favori aux prochaines législatives, en dépit d'un tassement ces derniers jours. "J'ai présenté un plan destiné à fixer les frontières d'Israël durant le temps que mon gouvernement sera en exercice, un plan qui prévoit que des implantations seront regroupées dans des blocs et derrière la barrière (de séparation) qui constituera une frontière", a-t-il ajouté. Ce plan prévoit le démantèlement de dizaines de colonies isolées en Cisjordanie habitées par plus de 80.000 colons sur les 250.000 vivant dans ce territoire palestinien hors d’Al-Qods-est annexée. "Les choses doivent être bien claires. J'ai la ferme intention de réaliser ce plan et quiconque n'y est pas intéressé n'aura pas sa place dans ma coalition", a ajouté le chef de Kadima. Selon des sources proches du Kadima, Olmert vise notamment par ses propos le parti d'extrême droite russophone Israël Beiteinou qui donne des signaux contradictoires sur ses intentions et pourrait effectuer une percée lors du scrutin, selon les sondages d'intentions de vote. Amir Peretz, le leader du parti travailliste (centre gauche), principal candidat à une coalition avec le Kadima en cas de victoire de cette formation, a catégoriquement exclu pour sa part une coalition avec le Kadima. "Nous ne siégerons pas aux côtés des partisans d'un transfert" de la population arabe, a-t-il déclaré aux journalistes. * Participation Le chef d'Israël Beiteinou, l'ex-ministre des Infrastructures nationales Avigdor Lieberman, a envisagé une participation dans un gouvernement Kadima, bien qu'il se soit opposé au retrait israélien de la Bande de Gaza en 2005. "Nous verrons bien après les élections si Olmert maintient son refus de nous faire participer au gouvernement", a déclaré Lieberman aux journalistes, en réaction au propos de Olmert. Israël Beiteinou ("Israël notre foyer", en hébreu) se démarque du camp ultra-nationaliste par ses positions laïques et son acceptation de renoncer à des territoires à forte population arabe, y compris en Israël, en échange du maintien de blocs de colonies en Cisjordanie. Le parti a pris pour slogan "Israël notre foyer, la Palestine la leur" appelant à réduire au maximum la minorité arabe d'Israël, quitte à passer pour un champion de l'épuration ethnique. Le parti centriste Kadima reste largement favori pour constituer un prochain gouvernement en dépit d'une baisse de popularité, selon de nouveaux sondages d'intentions de vote publiés hier à cinq jours des législatives en Israël. Kadima est crédité de 34 à 37 mandats sur 120, gardant une large avance sur ses deux principaux rivaux, le parti travailliste (centre gauche) et le Likoud (droite), selon trois nouveaux sondages. Les nouveaux sondages créditent le parti travailliste d'Amir Peretz de 20 mandats environ et le Likoud de Benjamin Netanyahu de 14 à 18 mandats. Ils placent en quatrième position Israël Beiteinou, qui effectuerait une percée spectaculaire, en triplant sa représentation parlementaire à 12 mandats.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com