Ligue 2 : Hécatombe chez les prétendants !





C’était véritablement l’hécatombe au cours de cette vingt-deuxième ronde de la compétition de la Ligue 2. Les neuf première formations du haut du tableau ont été incapables de s’imposer, même pour les équipes évoluant à domicile à l’instar d’EMM, du SG et du SSZ. Serait-ce l’essoufflement pur et simple des favoris, ou tout simplement un fléchissement momentané, conditionné de surcroît par la réaction des protagonistes composant la seconde moitié du classement ? Eh bien, on penche sincèrement pour la seconde hypothèse, d’autant que le CSS, le COM, l’ASA et l’ESBK, sentant le roussi, ont réagi violemment pour sauver leur peau, bien que les Khalladis aient profité de l’absence des insulaires de l’ASD afin d’empocher trois précieux points sans coup férir, donc sans se dépenser. On peut dire par ailleurs que la déception engendrée par l’échec des prétendants aura été toutefois apaisée par l’effondrement collectif des poursuivants, incapables finalement de réduire l’écart. Du coup, le leader et ses deux principaux poursuivants, Hammam-soussiens et Mahdois campent sur leur position solidement attachés à leurs places et plus que jamais favoris à l’accession. En fait, il est désormais pratiquement établi que les deux futurs heureux promus sont à chercher parmi ce trio, avec cependant un avantage certain pour les Béjaois et les Sahéliens qui auront à recevoir les Fatimides chez eux lors des 23ème et 25ème journées. D’ailleurs, le voyage des Fatimides ce dimanche à Béja risque de leur être fatal, du moment que les Cigognes comptent sur cette confrontation, en cas de succès, voire un nul, pour assurer définitivement leur accession. Une victoire ou un nul des Béjaois peut également rejaillir bénéfiquement sur les protégés de Khaled Ben Sassi qui auront à disputer une rencontre à la portée. Comme on peut le constater, la prochaine journée risque d’être décisive pour certains protagonistes appelés à jouer leur avenir, sinon leurs dernières cartes quant à la montée. Côté relégation on ne se bouscule plus tellement au portillon, notamment pour les Mégrinois et les Siapistes désormais désavantagés par un calendrier de fin de saison difficile à négocier. Dure réalité pour ces deux promus... M.A.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com