Concours national de la dictée française : Un sans faute





Des concours et des prix pour tous ceux qui affectionnent la langue de Molière et qui maîtrisent l’orthographe et la grammaire. Le fait de rendre hommage à un Africain est déjà une action élégante, qui plus est, sur l’hymne national du Sénégal. Tunis — Le Quotidien 2006, une année qui se veut un peu particulière pour les Africains. Puisque la Francophonie rend hommage au président-poète sénégalais, Léopold Sédar Senghor, disparu fin 2001. Dans tous les pays membres de l’Organisation internationale de la Francophonie, les diverses manifestations vont tourner autour de l’œuvre de ce fin penseur qui fait la fierté de tous les habitants du continent. La Tunisie qui en est membre fondateur a aussi sa façon de programmer des moments forts sur son agenda culturel, qui sont à la hauteur de ce monument du verbe et de l’esprit. Sous l’égide du ministère de l’Education et de la Formation et avec le soutien de plusieurs ambassades des pays francophones comme le Canada, la Suisse, la France, la Belgique, etc, s’est tenue hier matin à l’Ariana, au lycée pilote, la deuxième phase du concours national de la dictée. Au départ, un concours régional a eu lieu le 24 février dans chaque gouvernorat. Où ont participé les premiers de chaque classe de neuvième année ayant obtenu la meilleure moyenne en français au cours du premier trimestre de l’année scolaire en cours. Le texte de la dictée et les questions ont été extraits du roman «Le Petit Prince» de Antoine de Saint-Exupery, figurant au programme de français. Les copies ont été corrigées par une commission composée d’un inspecteur dans la matière, avec trois professeurs dans cette langue. Hier, et devant bon nombre d’élèves, enseignants et autres pédagogues, politiques et parents, s’est déroulée la deuxième partie du concours. Les quarante-huit candidats (deux par délégation) retenus du concours régional, ont passé la rituelle dictée. Qui a été bien évidemment tirée de l’œuvre de Senghor. Présidée par Mustapha Enneïfer, la commission est composée d’une foule d’inspecteurs chargés du choix du texte et des professeurs pour la correction des copies. Le jour même, les copies ont été rendues et des prix ont été décernés. Pour rendre hommage à ce qui est de droit sur l’hymne national du Sénégal. «Pincez tous vos koras, frappez les balafons ! Le lion rouge a rugi, le dompteur de la brousse, d’un bond s’est élancé, dissipant les ténèbres. Soleil sur nos terreurs, soleil sur notre espoir. Debout frères, voici l’Afrique rassemblée !», lit-on dans le premier couplet du texte de Senghor qu’a mis en musique Herbert Pepper. Un texte élégant, engagé et rythmé, pointillé par le premier agrégé africain de grammaire. Z.A. ______________________________ Les Pivot de Tunisie C’est Rami Triki de Sfax qui a remporté le premier prix de ce concours de la dictée, honorant ainsi ses professeurs et parents. Vient ensuite Sahbi Chaïeb de Sousse qui a décroché la 2ème place. Quant au troisième prix, c’est Chiraz Bachraoui qui l’a obtenu et Gabès était bien au podium. Tous trois ont quatorze ans et élèves en neuvième année dans des écoles préparatoires. Ils ont tous aussi une passion, ou un faible plutôt, pour les romans, essais et autres poésies qui font la beauté de la littérature française. Bravo les jeunes et bonne continuation.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com