Cinéma : Zoom sur les oubliés du monde rural





A partir de demain et jusqu’au 29 mars “Le 7ème Art” accueillera un cycle de projections cinématographiques consacré aux films du réalisateur Raymond Depardon. Le cinéma de Raymond Depardon a une nouvelle approche. Il cherche à restituer le monde paysan en général et les oubliés du monde rural en particulier. Dans son premier film intitulé “Profils paysans: l’approche”, le cinéaste filme le monde rural. Il fait vibrer sa caméra dans les exploitations familiales en Haute Saône, Lozère, Ardèche et Haute-Loire, composées de jeunes agriculteurs, de retraités célibataires et de couples modestes. Ils sont les derniers héritiers de la paysannerie issue des siècles passés. Le deuxième film de Raymond Depardon qui sera proposé fera plonger les cinéphiles dans la chaleur familiale des couples paysans. Tel un récit autobiographique, du cinéaste, ce film intitulé: “Quoi de neuf au Garet” retrace le parcours du père du cinéaste, puis celui de son frère ainsi que les conditions dans lesquelles a été vendue la ferme familiale. En dix minutes, le cinéaste-reporter rend un hommage à sa maison familiale dans laquelle il a grandi. Dans son troisième film, intitulé “Profils paysans: le quotidien” Raymond Depardon nous fait ramener quatre ans plus tard auprès des mêmes agriculteurs de moyenne catégorie, habitant les régions désertées isolées et laissées pour le compte de la politique agricole. Après le compte de la politique agricole. Après l’adoption de cette politique, les fermes se transforment en exploitations secondaires et des cultures nouvelles nouvelles. Ici encore, le cinéaste saisit la vie qui s’en va dans les zones rurales et filme sans le moindre effet des personnages pudiques et les vestiges d’un temps à jamais révolu. Le cinéaste français propose également à travers “10ème chambre, instants d’audience”, réalisé en 2003, une série d’interrogation sur le fonctionnement de la machine judiciaire. Pendant trois mois, il a suivi les audiences de la 10ème chambre du tribunal de grande instance de Paris. Ce film nous plonge, en effet, dans le quotidien d’un tribunal à travers douze délits. Suite logique du “10ème chambre instants d’audience”, “Délits flagrants”, dernier film de Raymond Depardon qui sera projeté à la Salle le 7ème Art, nous retrace l’itinéraire procédural des personnes arrêtées en flagrant délit, depuis leur arrivée au dépôt de la préfecture jusqu’au jugement. C’est une histoire d’un monde judiciaire paysan bouillonnant qui est immortalisé, à travers ce film et ce cycle riche en enseignements. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com