4ème congrès de l’UDU : Ahmed Inoubli réélu secrétaire général





Tunis-Le Quotidien Le 4ème congrès de l’Union Démocratique Unioniste (UDU) tenu du 24 au 26 mars à Djerba n’a pas été marqué par des surprises sur le plan électoral. M. Ahmed Inoubli, secrétaire général sortant, a été réélu dimanche dernier par 194 voix contre 26 pour son unique concurrent, M. Mongi M’zid et ce, directement par les congressistes et non par les membres du Conseil national comme le stipule l’amendement du règlement intérieur du parti. 225 congressistes ont participé au vote et 5 bulletins ont été frappés de nullité. Les élections des 14 membres du bureau politique ont été plus chaudes. L’échec de la constitution d’une liste consensuelle a acculé, en effet, les membres du Conseil national à passer aux urnes pour élire les membres du Bureau politique. Ainsi, cinq membres du Bureau politique sortant sur sept -5 membres ont démissionné le 25 février dernier- ont été réélus. Il s’agit de MM. Moncef Chebbi, Brahim H’faïdhia, Abdelkarim Amor, Nizar Kacem et Ahmed Ghandour. Sept nouvelles figures ont fait leur entrée au Bureau politique: MM. Mohamed M’sellemi, Mohamed Ali, Othmane Ebdelli, Abdelfattah Kahouli, Kamel Sakri, Riadh Ghajati et Noureddine Ben Khoud. Quant à MM. Adel Amri et Hédi Charrad, ils ne sont que des “revenants” puisqu’ils ont été membres du Bureau politique pendant les années 90. Le 4ème congrès de l’unique formation politique d’obédience nationaliste arabe en Tunisie a-t-il pourtant tenu toutes ses promesses? Aux yeux des Unionistes, le congrès a tranché sur deux questions. En premier lieu, il a permis de tirer un trait sur les crises internes qui ont ébranlé le parti après l’incarcération de son secrétaire général, Abderrahmane Tlili, en septembre 2003, et surtout sur la vague de démissions du 25 février dernier. Secundo, le congrès a confirmé l’attachement des Unionistes à “l’opposition patriotique” contrairement à l’autre pôle de l’opposition tunisienne, accusé d’avoir donné à des parties étrangères un alibi d’accès à la vie nationale. Toujours est-il que les détracteurs de l’UDU estiment que la ligne politique des Unionistes qu’a consacré le congrès de Djerba ne permettra pas à ce parti de retrouver sa crédibilité auprès des élites politiques tunisiennes et de “dépoussiérer” son image de “parti de l’administration”… Walid KHEFIFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com