Taxifolia : L’algue tueuse gagne du terrain





D’une simple bouture jetée par mégarde à la mer, la Taxifolia, surnommée l’algue tueuse envahit des milliers d’hectares du fond marin méditerranéen. Une spécialiste qui a requis l’anonymat n’exclut pas la progression inquiétante de cette algue sur une partie des côtes tunisiennes. Tunis- Le Quotidien Des recherches sérieuses menées par des chercheurs de l’Institut National des sciences de la mer et la Faculté des sciences avaient signalé la présence de l’algue tueuse dans la rade de Sousse, à 17 mètres de profondeur il y a près de 3 ans. Selon cette recherche, “l’arrivée de Caulerpa taxifolia à Sousse, n’est certainement pas le résultat d’une progression naturelle à partir d’anciennes stations mais plutôt d’une probable introduction liée à un transport de boutures par des embarcations ayant auparavant jeté l’ancre dans les zones déjà envahies par l’espèce”. Un spécialiste de la biologie marine, qui a requis l’anonymat, nous a confié que cette algue marine gagne du terrain dans l’espace méditerranéen et n’épargne pas nos côtes. Une carte satellitaire qu’il consulte dans le cadre de son travail met en évidence l’avancée inquiétante de cette algue. Qu’en est-il de la situation? Il est important peut-être de rappeler que cette algue tueuse a vu le jour en 1984. Elle pourrait s’être “échappée” par mégarde d’un laboratoire de recherche niçois. C’est une plante qui libère des toxines répulsives sur la faune herbivore et peut étouffer la pisodonia oceanica, une herbe qui constitue un maillon essentiel de la chaîne alimentaire des êtres marins. Elle agit également sur les œufs et le plancton animal et végétal. Cette pante parasite a la particularité de se développer d’une manière vertigineuse et peut aussi progresser jusqu’à 2 cm par jour. Une simple bouture peut donner naissance à une multitude de branches qui partent en étoile. Les spécialistes estiment aujourd’hui que plusieurs milliers d’hectares sont envahis par cette plante dans la région méditerranéenne. Les scientifiques sont à la recherche d’une solution pour arrêter la course effrénée de la plante. Il semble aujourd’hui qu’une ébauche de solutions est en train d’être sérieusement étudiée. Un vendeur d’aquarium français a découvert par hasard que la plante perd son chlorophylle et jaunit en contact du cuivre et meurt dans la journée. Techniquement, il est difficile de recouvrir l’algue de cuivre. Cependant, la commission française d’évaluation de l’ecotoxicité des substances chimiques relative aux risques pour l’environnement marin a pris le dossier en charge. Elle a présenté un rapport sur les risques d’utilisation de divers procédés libérant des ions cuivriques pour freiner la progression de l’algue. La commission estime que les procédés libérant des ions cuivriques peuvent être utilisés provisoirement sous certaines conditions. Nous avons pris contact avec une responsable de l’Institut National des sciences de la mer qui nous a prié de passer par le ministère de la Recherche scientifique. Un responsable de ce ministère nous a prié de son côté d’envoyer par fax, un texte tapé par ordinateur pour spécifier la demande… Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com