Hannibal TV : Empreintes du passé





Comme toutes les chaînes de radios et de télévisions arabes et musulmanes, privées ou publiques, Hannibal TV va prendre un peu plus de couleurs pendant le Mois saint. Le Quotidien a assisté à l’enregistrement de «Lamassat mina al madhi», qu’anime avec bonheur Houda Ben Amor. Ca fleure bon le terroir. Elle continue et avec le sourire à nous donner à voir et à écouter de la vie publique et de la vie privée de nos artistes. Elle prend par la main les spectateurs, frappe avec eux aux portes de nos créateurs et pénètre enfin leur monde fait d’ombres et de lumières. Pour gratter le plus de leur côté intime, la coqueluche d’Hannibal TV a mille et une manières pour le faire et on lui pardonne ses quelques excès, tantôt maîtrisés, tantôt démesurés. Car ses émissions sont accrochantes et bien enrichissantes et elle a l’art de conduire ses interviewés et «à point… nommé», en les poussant parfois à avouer l’ «inavouable». Houda Ben Amor, la comédienne a de la suite dans les idées et aime tout orchestrer sur les bonnes notes. Les notes qu’il faut et là où il faut. Pour continuer à dorer sa belle carrière polyvalente, l’animatrice nous a glané mille et une fleurs pour Ramadan 2006, qui débutera seulement dans quelques jours. «Lamassat mina al madhi» (Empreintes du passé) va dégager beaucoup de teneur artistique vue et vécue par des témoins à «bonne» charge. Pour ce, notre comédienne a ponctué sur son agenda une liste d’invités s’est vêtue tout particulièrement pour l’occasion. Sa robe du soir rouge, toute en paillettes lui va d’ailleurs à merveille. Avec tout son cortège technique, Houda B. Amor s’est donc déplacée vendredi dernier jusqu’à Monfleury. Le Rihet lebled se prête par nature à accueillir ce genre de manifestations et se marie magnifiquement bien avec le charme de Ramadan. On est donc resté fidèle au décor. Un décor tiré de notre patrimoine à la fois arabe, musulman et berbère, sans oublier les touches contemporaines et les alliages de tout temps. Pour être bien dans Ramadan, on a dû servir des «mkharek, zlabia,… ouedhnin el kadhi» et autres pâtisseries traditionnelles bien de chez nous aux invités qui, tout au long de la soirée, sous un éclairage romantique et tamisé, ont donné libre cours à leurs émotions. Nous avons notamment vu les Samah, Leïla Majdi, Ahmed Boughnim, Hichem Nagati, Am Hédi Turki, Taoufik Boughdir, Zine Haddad, Hédi Tounsi, Kalaï Junior et autres Mohamed Ahmed. Ce dernier nous a épatés avec Thlatha Aïnin, une chansons qui ne prend pas d’âge. Dans ce patchwork de notes, les Hédi Tounsi et Hichem Nagati nous ont fait découvrir un autre volet de leur talent: la danse. Le Zine Haddad lui aussi était plus jovial que jamais. Quant à Tahar Melligi, il nous a gavés d’anecdotes et d’histoires du passé. Tous ont évoqué le bon vieux temps. Ramadan des années 30-40 et 50. Tous aussi ont parlé de la créativité artistique qui volait assez haut à cette époque-là malgré la misère qui régnait et ils regrettent le recours à la facilité de nos artistes d’aujourd’hui qui offrent n’importe quoi. La soirée était à la hauteur de ces invités de marque et à la hauteur de l’animatrice qui sait tenir les rênes du délire le moment voulu et nos téléspectateurs n’ont qu’à se préparer à suivre ce premier épisode de Ramadan. Les deux autres épisodes qui meublent la grille d’Hannibal TV seront (sauf imprévu) enregistrés au Café Opéra d’Ennasr. Avec d’autres invités et d’autres contes et couleurs. Z. ABID


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com