Consultation nationale sur l’export : L’avenir du secteur en débat





La consultation nationale sur l’export sera clôturée le 19 septembre courant, avec l’organisation d’un séminaire national qui devra donner lieu à une série de recommandations relatives aux mesures nécessaires pour le développement du secteur au cours des prochaines années. Tunis-Le Quotidien Durant ses deux phases, régionale et interrégionale, cette consultation a connu la participation de la majorité des intervenants dans ce secteur. Ces derniers ont présenté leur vision quant à la situation du secteur et leurs propositions pour son développement. Ainsi, plusieurs sujets d’actualité pour ce secteur ont été débattus au cours des rencontres régionales et interrégionales, à l’instar de la question du transport, le financement des opérations d’exportation, l’encadrement et la concurrence… Les exportateurs se sont plaints, dans ce cadre, de plusieurs difficultés rencontrées au niveau de l’octroi des crédits pour le financement de leurs opérations d’exportation, de la lourdeur des procédures administratives ainsi que des taux d’intérêt très élevés pour ce genre de crédits. Ils ont plaidé pour plus d’assouplissement au niveau de ces procédures et la révision des taux d’intérêt et des délais fixés pour l’octroi des crédits documentaires. Dans ce même contexte, ils ont appelé à la mise en place d’un financement par la Banque Tunisienne de Solidarité en faveur des jeunes promoteurs dans le secteur, et la création d’une nouvelle banque spécialisée dans le financement des opérations d’exportation. Pour la question du transport, beaucoup de problèmes ont été évoqués lors des deux phases de la consultation, entre autres, le coût très élevé du transport par rapport à certains concurrents, la complexité des procédures d’accès à certains pays voisins ainsi que l’absence d’un réseau de transport à destination des nouveaux marchés à l’export, notamment vers certains pays africains. Les propositions dans ce cadre ont porté sur l’amélioration des services dans les grands ports du pays et leur extension, la révision du coût du transport, la libéralisation des droits du fret et la mise en place de certaines incitations favorisant la création de nouvelles sociétés de transport aérien spécialisées dans le fret ainsi que le renforcement de la concurrence dans le domaine du transport terrestre des marchandises. En ce qui concerne l’encadrement des exportateurs, les interventions ont porté essentiellement sur le renforcement des activités des organismes d’appui à l’instar du Centre de Promotion des Exportations (CEPEX) et leur généralisation sur l’ensemble du pays ainsi que le renforcement des programmes d’assistance, en particulier la deuxième phase du programme de développement des exportations. Les exportateurs ont évoqué également, durant les rencontres régionales et interrégionales, plusieurs autres problèmes, notamment la faible compétitivité des entreprises tunisiennes au niveau de la promotion de leurs produits dans les marchés étrangers, et ont exigé plus de complémentarité entre le fonds de promotion des exportations et celui de l’accès aux marchés extérieurs ( le FOPRODEX et le FAMEX) et l’invention d’un nouveau type d’intervention allant avec l’accroissement de la concurrence dans ces marchés. Toutes ces propositions et ces recommandations seront relevées, après la clôture de la consultation, au gouvernement pour prendre les mesures nécessaires au développement du secteur des exportations et de sa compétitivité pour pouvoir relever les défis de la prochaine étape. D’ailleurs le programme présidentiel de la Tunisie de Demain prévoit l’amélioration de la contribution de ce secteur dans le PIB pour la porter à 50% à l’horizon 2009 au lieu de 45% actuellement et l’amélioration du taux de couverture des importations à 95% ainsi que la restructuration des exportations tunisiennes avec une orientation de plus en plus vers les nouveaux secteurs porteurs. Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com