Nucléaire iranien : L’AIEA dénonce un rapport erroné du Congrès U.S.





Les inspecteurs de l'AIEA qualifient de "scandaleux et malhonnêtes" certains passages d'un rapport du Congrès des Etats-Unis sur les activités nucléaires de l'Iran, dans une lettre de protestation au gouvernement et aux parlementaires américains obtenue par Reuters. Le Quotidien-Agences L'incident, symptomatique des tensions internationales entourant le dossier du nucléaire iranien, rappelle les divergences entre l'Agence internationale de l'Energie atomique et l'administration de George Bush avant le déclenchement, en 2003, de la guerre en Irak. Washington avait justifié cette intervention militaire par les tentatives d'acquisition par l'Irak d'armes de destruction massive, sur la base d'informations qui s'étaient révélées fausses. Adressée au président de la Commission spéciale du renseignement de la Chambre des représentants et rédigée par un proche conseiller du directeur de l'AIEA, Mohamed ElBaradei, cette lettre relève la présence dans un rapport présenté le 23 août par cette commission de graves déformations des conclusions de l'AIEA sur les activités nucléaires de l'Iran. Le programme iranien de fabrication de combustible nucléaire apparaît, dans ce rapport, bien plus avancé que ne le suggèrent l'AIEA et les analyses des services de renseignement américains, souligne la lettre. Le rapport de la commission parlementaire, ajoute-t-elle, soutient à tort que l'Iran a enrichi de l'uranium à un niveau suffisant pour fabriquer des armes atomiques, en avril dans son usine pilote de centrifugation. Les inspecteurs de l'AIEA ont dit que Téhéran avait certes enrichi de l'uranium mais à un niveau qui ne permettrait de l'utiliser que pour alimenter des réacteurs nucléaires. * Intégrité menacée "En outre, le secrétariat de l'AIEA s'offusque de l'assertion fausse et trompeuse" selon laquelle elle aurait décidé de démettre de ses fonctions un inspecteur de haut rang qui aurait conclu que le programme nucléaire iranien avait des objectifs militaires, indique la lettre. Selon ce document, le rapport parlementaire laisse entendre "de manière scandaleuse et malhonnête" que cet inspecteur aurait été limogé pour n'avoir pas observé une directive officieuse de l'AIEA interdisant à ses "responsables de dire toute la vérité" sur l'Iran. De sources diplomatiques, cet inspecteur est toujours à son poste de chef de section pour l'Iran. L'AIEA surveille le programme nucléaire iranien depuis 2003. Même si elle n'a trouvé aucune preuve concrète de l'élaboration par l'Iran d'armes atomiques, elle a détecté par le passé des activités secrètes liées à l'enrichissement de l'uranium. Ce processus permet de purifier le minerai pour en faire du combustible à destination de centrales nucléaires, mais aussi éventuellement, à un degré d'enrichissement plus élevé, de fabriquer des armes atomiques. "Nous avons éprouvé le besoin de rectifier certaines choses en ce qui concerne nos évaluations sur l'Iran", a déclaré une porte-parole de l'AIEA, Melissa Fleming. "Cela relève de l'intégrité de l'AIEA." Selon des diplomates, Washington, partisan de sanctions contre l'Iran à cause de ses activités nucléaires, considère depuis longtemps ElBaradei comme étant trop "souple" vis-à-vis de Téhéran.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com