A trois mois du congrès national de l’UGTT : Que se passe-t-il à la Place Mohamed Ali ?





• Une pétition appelant à la tenue d’une commission administrative extraordinaire circule entre les syndicalistes Tunis - Le Quotidien Nouveaux rebondissements à l’Union Générale Tunisienne du Travail. Certains syndicats nationaux et fédérations font circuler depuis quelques jours une pétition appelant à la tenue d’une commission administrative extraordinaire pour «résoudre certains dossiers sensibles à la veille du Congrès national de la Centrale» prévu les 14, 15 et 16 décembre 2006. Contacté à ce sujet, M. Hédi Ghodhbani, secrétaire général adjoint de l’organisation chargé du règlement intérieur, a précisé que cette pétition constitue «une initiative prise par quelques structures régionales et sectorielles». Et d’ajouter : «Le Bureau exécutif convoquera une ou plusieurs commissions administratives à chaque fois que l’utilité l’impose». Le règlement intérieur de l’UGTT stipule, en effet, que la commission administrative, troisième instance dirigeante de l’organisation qui prend ses décisions sur la base de la représentativité proportionnelle, se réunit sur convocation du Bureau exécutif normalement tous les trois mois et en cas de besoin et d’une façon extraordinaire à la demande des deux tiers de ses 84 membres. C’est pour la première fois depuis le congrès extraordinaire de Djerba qui s’est tenu du 7 au 9 février 2002 que des membres de la Commission administrative prennent l’initiative de demander la tenue d’une commission administrative extraordinaire. * Refus A en croire des sources proches du Bureau exécutif de l’organisation, les «dossiers sensibles» que la commission administrative extraordinaire devrait examiner ont trait à des activités revendicatives décidées par le syndicat général de l’enseignement secondaire sans l’aval du Bureau exécutif de l’UGTT et, par conséquent, contrairement aux dispositions du règlement intérieur et du statut de la centrale. D’après ces mêmes sources, la majorité des membres de la direction de l’organisation ouvrière ne partage pas les points de vue du syndicat général de l’enseignement secondaire. De nombreux syndicalistes estiment que certaines revendications de ce syndicat «ne sont pas réalistes». Il s’agit essentiellement de la révision à la baisse de l’âge de la retraite des professeurs (le syndicat propose 55 ans au lieu de 60 ans) et de l’octroi de certaines primes et augmentation salariales en dehors des rounds de négociations sociales. Il importe de préciser que la majorité des membres de la commission administrative soutiennent le Bureau exécutif. Reste à savoir si la commission administrative extraordinaire se tiendra. Attendons voir... Walid KHEFIFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com