Forum de réconciliation sur fond d’une montée des violences confessionnelles : Les Irakiens tentent d’éviter le pire





Plusieurs centaines de représentants de la société civile irakienne, se sont réunis hier à Bagdad pour promouvoir la réconciliation nationale, au milieu d'une recrudescence des violences confessionnelles. Le Quotidien-Agences Près de 35 corps ont été découverts au cours des dernières 24 heures par les forces de sécurité sur l'ensemble du pays, selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur. Le général Abdel Karim Khalaf a affirmé que sur ces personnes non identifiées tuées par balles, "trente l'ont été pour des motifs apparemment crapuleux et cinq assassinées". Cela signifie qu'elles ont été des victimes des violences confessionnelles. Au cours des quatre derniers jours, plus de 150 corps ont été découverts en Irak, la plupart à Bagdad, épicentre du conflit intercommunautaire qui oppose depuis février sunnites et chiîtes. A l'ouverture du forum de réconciliation, le Premier ministre Nouri al-Maliki a lancé un appel pressant à l'unité et au dialogue pour "épargner au pays la ruine et la destruction". "Nous avons besoin de préserver l'unité nationale (...) et l'une des bases est la franchise, l'acceptation de l'autre, le recours au dialogue loin du dogmatisme aveugle. Nous devons coopérer pour épargner au pays la destruction et la ruine". "Mettons de côté nos différends et cherchons un dénominateur commun. Il faut reconnaître l'autre, l'accepter comme partenaire loin des intérêts partisans étroits", a-t-il dit. Il a toutefois souligné que l'on ne peut accepter un partenaire "qui n'assume pas la responsabilité de défendre l'Etat et ses institutions". "Le pays se trouve à un tournant, avec le défi de combattre les terroristes et de les couper de leurs soutiens (au sein de la population). Aussi, nous vous demandons de coopérer avec les services de sécurité à cette fin". "Vous, représentants de la société civile, avez la responsabilité de combattre le confessionnalisme, source de haine", a-t-il encore déclaré. Le gouvernement Maliki a lancé le 25 juin un plan de réconciliation pour mettre fin à l'effusion de sang. Une Commission formée des principaux acteurs politiques, a été mise sur pied à cette fin le 22 juillet, avec pour objectif déclaré "le dialogue, l'arrêt des liquidations sommaires et le recours à la loi pour résoudre les conflits". Un autre haut responsable de la sécurité a précisé que ce plan visait à "mieux contrôler les mouvements, notamment ceux des rebelles". Les violences se sont poursuivies hier à Bagdad, avec la mort d'un passant et de deux militaires dans deux attentats à la voiture piégée, qui ont fait 26 blessés. L'armée américaine a annoncé la mort d'un nouveau soldat dans un attentat au sud de Bagdad, portant à 27 le bilan de ses pertes depuis le début du mois. Au total, 2.678 soldats et personnel assimilé américains sont morts au combat en Irak depuis 2003, selon un décompte de l'AFP établi à partir des chiffres du Pentagone.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com