Les négociations palestiniennes bloquées : Le cabinet d’union nationale mort-né





Les négociations pour former un cabinet palestinien d'union nationale sont au point mort après le refus du Hamas d'assouplir ses positions face à Israël, ce qui risque de compliquer la mission du président Mahmoud Abbas à l'ONU. Le Quotidien-Agences Abbas a mis la pression sur le Hamas et a décidé de geler toute négociation le temps de son voyage à New York, où il doit s'exprimer devant l'Assemblée générale de l'Onu. Au cœur du litige: la reconnaissance des accords signés par le passé entre Israël et les Palestiniens, une des trois conditions de la communauté internationale - avec la reconnaissance d'Israël et la renonciation de la violence - pour reprendre un versement des aides directes. Cette question est stipulée dans l'accord sur le programme politique du futur cabinet signé par Haniyeh et Abbas mais le dirigeant du Hamas a dernièrement indiqué que le gouvernement d'union ne serait tenu à rien. Avec la crainte pour Abbas, qui va plaider pour une levée du boycott à l'ONU, que la frange radicale du Hamas ne campe pour longtemps sur ses positions envers Israël et repousse une éventuelle sortie de crise. "Les Américains refuseront de traiter avec un cabinet palestinien qui ne reconnaîtra pas clairement Israël et ne renoncera pas à la violence", affirme-t-on dans l'entourage de Abbas, où l'on critique le fait que le Hamas fasse "machine-arrière après avoir accepté le document d'entente nationale". Ce document a été paraphé en juin par tous les mouvements palestiniens et forme la base du programme politique du futur cabinet sur lequel se sont mis d'accord le Hamas et le Fatah de Abbas. "Haniyeh a accepté et signé l'accord avec Abbas après des pressions mais il s'est rétracté. C'est la dixième fois qu'il se rétracte", indique Hani al-Masri, directeur du Centre des politiques alternatives, basé à Ramallah. "Le Hamas est en pleine confusion. Des franges sont radicales et d'autres modérées. Il hésite et ne sait pas dans quelle direction aller", dit-il. "Haniyeh a dû faire des déclarations fermes afin de calmer certaines personnes au Hamas qui commençaient à émettre des critiques", ajoute Ghassan Khatib, un analyste palestinien. Le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a ainsi déclaré dimanche que le "Hamas ne reconnaîtra jamais l'occupation (Israël) et si c'est un problème, nous sommes fiers de ce problème".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com