5.000 casques bleus au Liban : Israël confirme son retrait d’ici demain





Naqoura-Agences

Les effectifs de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) ont atteint 5.000 hommes, le seuil exigé par Israël qui compte achever d'ici demain le retrait de ses troupes du sud du pays, au moment où le Hezbollah se prépare à fêter sa "victoire divine".

Peu après l'annonce mercredi du renforcement de la Finul, le ministre israélien de la Défense, Amir Peretz, a assuré que Tsahal comptait mettre fin à plus de deux mois de présence au Liban sud vendredi, jour où le Hezbollah doit fêter sa victoire dans la banlieue chiîte de Beyrouth.

"Nos effectifs ont atteint 5.000 hommes. La première phase du déploiement de la Finul est maintenant terminée", a déclaré Alexander Ivanko, porte-parole de la Finul depuis son quartier général de Naqoura (sud).

L'arrivée progressive des contingents italien, français et espagnol, avec le personnel de logistique, a permis à la Finul d'atteindre ce chiffre alors que ses effectifs étaient de 2.000 hommes avant le conflit entre Israël et le Hezbollah du 12 juillet au 14 août, a précisé Ivanko. La Finul doit compter à terme jusqu'à 15.000 hommes.

Peretz a de son côté confirmé les propos tenus la veille par le chef d'état-major israélien Dan Haloutz, cités par une source parlementaire, selon lesquels le retrait israélien devait être achevé d'ici le Nouvel an juif vendredi.

"C'est ce que nous avons l'intention de faire. Nous voulons vraiment achever" le retrait, a déclaré Peretz.

"Espérons qu'il n'y ait pas d'accrocs et de retards dans la coordination avec l'armée libanaise et les forces internationales" de l'Onu, qui se déploient actuellement dans le sud du Liban, a-t-il ajouté.

_______________

L'armée libanaise sous-équipée s'installe sur la frontière

Le Quotidien-Agences

Vieux chars alignés au bord des routes, tachés de rouille, jeeps bringuebalantes en patrouille, soldats en faction dans des cahutes en bois: l'armée libanaise, équipée de son matériel vétuste, poursuit son laborieux déploiement dans le sud du pays.

Elle doit prendre en charge, après quelque 40 ans d'absence, la sécurité de la frontière avec Israël avec l'appui d'une force de l'ONU dont les 5.000 premiers hommes sont à pied d'oeuvre dans cette région.

Dans le village de Yarine, dans le sud-ouest du Liban, les soldats libanais ont pris position dans une école, avec vue sur les crêtes où court la Ligne bleue, dessinée par l'ONU après le retrait israélien de mai 2000 pour délimiter la frontière entre le Liban et l'Etat hébreu.

De loin, ils ne peuvent qu'observer les bulldozers et chars israéliens qui manœuvrent, à quelques dizaines de mètres des grillages, côté libanais, dans un secteur d'où Israël a pourtant officiellement retiré ses troupes et agit, selon l'ONU, en "violation" du cessez-le-feu.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com