Il soutire 30 millions à une femme divorcée





Lorsqu’une femme divorcée tombe sur un bel homme, la plupart du temps cette rencontre tourne au vinaigre... En témoigne cette affaire où l’une de ces femmes a été dépossédée de tous ses biens. L’escroc n’est autre qu’un coureur de jupons qui a usé de son charme pour séduire sa proie.

Tunis - Le Quotidien
Après quelques années de mariage et trois enfants la victime dans cette affaire a vu sa vie conjugale basculer dans l’enfer des scènes de ménage.
Les problèmes entre les deux époux avaient pris de l’ampleur au point que le mari n’a pas hésité un jour à prendre ses cliques et ses claques abandonnant le domicile familial.
Atteignant le point de non retour, la vie entre les deux époux s’est transformée en un véritable drame. Finalement, la justice a été saisie et le divorce a été tout bonnement prononcé.
Avec trois enfants, le mari a préféré se désister en faveur de sa femme lui léguant sa part dans la maison qu’ils ont achetée ensemble. Du coup, l’épouse s’est trouvée la seule propriétaire du domicile familial.
Toujours est-il qu’une année seulement après son divorce, la jeune épouse qui n’était âgée que de trente quatre ans, avait fait la connaissance d’un jeune homme. Ce dernier n’est autre que l’amant de la coiffeuse chez qui elle avait pris l’habitude de se coiffer.
Bel homme, le gars n’a pas laissé indifférente la jeune dame qui en est tombée amoureuse. Après quelques rencontres, le Don Juan n’ a pas tardé à exprimer son désir de se marier avec elle.
L’offre était si alléchante que la jeune femme n’a pas hésité le moindre instant à accepter cette proposition. Jusqu’ici, elle ne savait pas que son prince charmant avait d’autres idées en tête...
Ainsi, notre Don Juan a réussi à convaincre sa maîtresse qu’il fallait se lancer dans un projet. Seulement, un projet demande de l’argent. Alors pour en avoir, il n’a pas tardé à lui proposer de contracter un crédit bancaire en donnant la maison en hypothèque.
Un peu plus tard, l’amante a pu obtenir un peu plus de trente mille dinars. Cette somme a été remise en entier à l’amant. Le temps que la maîtresse se réveille de son beau rêve et c’est son amant qui s’est éclipsé s’évaporant dans la nature.
Une, deux, trois semaines et aucun signe de vie. Le doute a fini s’installer poussant la victime à aller demander un peu à gauche et à droite des nouvelles de son amant. Grande fut sa surprise, lorsqu’elle avait découvert qu’il s’agissait d’un escroc bien connu par les services de la police.
Un mandat de recherche a été lancé pour retrouver le gigolo en cavale.

H.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com