Les jeunes et Ramadan : Réconciliation avec la famille et les bonnes habitudes





Quelques heures seulement nous séparent du début du mois Saint. Il semble que durant le mois de Ramadan, les jeunes se réconcilient avec les traditions et les anciennes habitudes. Vrai ou faux ? Qu’inspire justement Ramadan pour les jeunes gens ? Est-ce que les jeunes se métamorphosent, ne serait ce que l’espace d’un mois ? Témoignages.

Tunis — Le Quotidien
Une grande partie des jeunes est portée sur un way of life occidentalisé. Ils sont branchés sur tout ce qui provient d’ailleurs.
Ils boudent les traditions ancestrales, les productions locales et tout ce qui a trait au coutumier. Ils aiment suivre la «tendance»...
Mais aussi paradoxal que cela puisse paraître, les jeunes se transforment durant le mois de Ramadan. Ils oublient par moment les fast-food, la musique occidentale, le cinéma hollywoodien, les séries américaines et les boîtes de nuit...
Subitement ils reprennent goût à tout ce qui est typiquement tunisien et se réconcilient avec la famille, les traditions, la télévision tunisienne.... Il leur arrive même de s’abstenir de commettre certains actes.
Brahim Abdelli, étudiant de 21 ans, reconnaît qu’il s’applique durant le mois de Ramadan pour que la «récompense divine» soit entière. «Ramadan pour moi c’est d’abord une occasion pour purifier le corps et l’âme. Je me réconcilie avec les réunions familiales et les soirées en famille. Ce qui n’arrive que très rarement au cours de l’année. Je me penche aussi beaucoup plus sur notre religion et je fais en sorte à ce que je suive les programmes religieux qui me permettent de mieux m’informer sur mes devoirs religieux. Je me réconcilie totalement avec la télévision tunisienne et par conséquent je rompts aussi totalement avec toutes les autres chaînes surtout les chaînes occidentales et j’oublie les clips vidéo. Dans la rue, je change de comportement, j’essaye de ne pas regarder les filles et surtout je diminue au maximum le nombre de cigarettes que je consomme d’habitude sans modération. Je dirai donc que Ramadan est une occasion pour purifier à la fois le corps et l’esprit», dit-il.
Ramzi Ouertani, 21 ans, devient «très cool» durant le mois de Ramadan. «Contrairement à tout ceux qui prétendent que Ramadan est le mois du stress, de l’énervement et de ce qu’on appelle «hchichet romdhane» sic, moi je me sens vraiment très calme et très bien dans ma peau durant ce mois. Je me réconcilie avec tout le monde et je me remets à apprécier les soirées en famille et l’ambiance saine du Mois Saint qui réunit tout le monde. J’oublie aussi la gourmandise, la drague et la dépendance vis-à-vis des productions occidentales pour renouer avec les productions arabes», dit-il.
Hanen Chebbi, élève de 17 ans, trouve que Ramadan rime parfaitement avec famille. «D’habitude, les membres de ma famille ne se réunissent que pour les grandes occasions. Ramadan vient pour nous réunir durant tout un mois. On mange ensemble, on passe la soirée ensemble, on renoue le dialogue et on se rapproche. Par ailleurs, j’oublie les clips vidéo, la musique et les films occidentaux pour réparer mon rapport avec les productions arabo-musulmanes et tunisiennes. Je m’habille aussi de manière encore plus décente. En outre, j’apprends à mettre la main à la pâte, je mijote des plats et j’aide ma mère à la cuisine. Toutefois, j’arrive difficilement à combattre la faim et la soif, mais j’apprends à patienter», dit-elle.
Rahma Zouari, 17 ans, associe automatiquement le mois de Ramadan à l’ambiance, aux soirées familiales et aux mets délicieux. «Une fois que Ramadan s’installe, toute la famille se montre beaucoup plus attachante qu’attachée. On s’entraide, on passe beaucoup de temps ensemble, on profite de nos réunions pour renouer le dialogue... L’ambiance de Ramadan est typique et très agréable. Sans oublier bien sûr les variétés des plats qu’on mijote avec beaucoup d’amour et de goût. Par ailleurs, j’essaye de parfaire ma religion durant Ramadan, je fais en sorte à ce que je me concentre plus sur mes prières et à lire beaucoup le Coran. Quant à mes habitudes, rien ne change. Je continue à mettre les mêmes habits et à adopter le même comportement parce que je ne mets généralement pas d’habits inconvenables et je n’ai pas de comportements louches. Donc je continue sur ma lancée», dit-elle.

Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com