A la veille de Ramadan : Les commerces en effervescence





A la veille de Ramadan, la capitale est en effervescence. Tous les commerces sont à leurs derniers préparatifs pour le mois saint et les premières ruées se font d’ores et déjà sentir.

Tunis - Le Quotidien
Ramadan est déjà à nos portes. C’est ce qui explique justement l’effervescence qui gagne les principales artères commerçantes de la capitale. Tout le monde fait les achats nécessaires. Mais pour une bonne partie de nos concitoyens, les grandes courses sont une mission remise pour le début du mois saint.
Dans les grandes surfaces, on fait quand même la file. Certes, on ne voit pas que des chariots bien remplis. Mais les poêles, les petites marmites et quelques autres ustensiles de cuisine figurent sur ces listes d’achats provisoires. On attend les salaires de septembre pour passer à une vitesse supérieure et faire alors les gros achats qui ne finissent jamais.
Dans les petits commerces, on a définitivement tourné la page de l’été. Le temps de liquider ce qui reste des dernières démarques des soldes d’été et on s’attaquera en bonne et due forme aux nouvelles collections: «la rentrée scolaire a permis de vendre beaucoup d’articles soldés. J’ai déjà sorti la collection automne-hiver. Mais je me fixe surtout sur l’Aïd El-Fitr», souligne Sondès, gérante dans une boutique de prêt-à-porter.
Imen aussi travaille dans un magasin de vêtements pour jeunes: «Mon patron nous a demandé de reporter la nouvelle collection pour le Ramadan. On a alors continué à afficher les soldes. Au premier jour du mois saint, les vitrines seront aux couleurs des nouveaux articles».
Par ailleurs, les petits commerces d’alimentation s’apprêtent également à répondre à la demande de Ramadan. En plus des clients des espaces de grande distribution, une autre clientèle des quartiers fait plutôt ses courses quotidiennes auprès de l’épicier du coin. Jamel et Faouzi sont deux frères qui héritent le magasin de leur père. Avec eux, ne collaborent que des membres de leur famille: «Comme vous voyez, on est en pleine période d’approvisionnement. Il y a des produits comme les pâtes en tous genres, les tomates concentrées, les boissons, le lait, la malsouka, etc... qui sont très demandés durant Ramadan. On a des clients qui en achètent tous les jours» explique Jamel. D’ailleurs, auprès de ces commerçants, rares sont les personnes qui font des courses mensuelles. On se rabat plutôt sur le carnet de crédit qui reste un privilège pour les fidèles. Et on achète au jour le jour ce qui manque à la cuisine.
Au marché central, ce n’est pas encore la bousculade. Le Tunisien est toujours partisan de la dernière minute. Surtout que le tour du côté du marché est spécialement apprécié pendant les journées de Ramadan. Mais ici, on se plaint comme d’habitude des prix du poisson qui ne sont pas stables: «Il n’est pas accessible aux bourses moyennes et en particulier le bon poisson de qualité. Il est toujours hors de prix» se plaint Radhia, mère au foyer.
Mais cette flambée n’empêche pas les consommateurs de faire le nécessaire avec leur ventre. Ramadan est le mois de toutes les envies. Tous les commerces sont aux derniers préparatifs. Ils savent pertinemment qu’ils sont à la veille d’une période de pic de la consommation.

M.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com