Pressé d’agir par les Arabes : Le Conseil de Sécurité fait le sourd-muet





New York-Agences
Les pays arabes ont présenté des idées pour relancer le processus de paix israélo-palestinien au Conseil de sécurité de l'ONU mais celui-ci, réuni au niveau ministériel, n'a pris aucun engagement.
Parlant au nom du groupe arabe à l'ONU, le chef de la diplomatie de Bahreïn, Khaled ben Ahmed al-Khalifa, a exposé devant le Conseil une proposition en trois points visant à remettre le processus de paix sur les rails.
Le premier point suggère d'"entamer des négociations entre les parties basées sur les termes de référence agréés (les accords passés, NDLR), selon un calendrier défini et avec l'assistance de la communauté internationale sous les auspices du Conseil de sécurité».
Dans le deuxième point, le groupe arabe "demande au secrétaire général de l'ONU, en étroite consultation avec les parties concernées (...) de préparer un rapport sur les mécanismes appropriés pour une reprise des négociations directes entre les parties (...) et le soumettre au Conseil de sécurité".
Sur la base de ce rapport, le Conseil se réunira au niveau ministériel pour examiner les mesures à prendre, prévoit le troisième point.
Le Conseil s'est séparé sans faire de déclaration ou décider d'une action.
La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice, le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa, le secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, et le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas ont participé à ce débat public.
L'adoption d'une nouvelle résolution sur le conflit étant très vite apparue peu probable, le groupe arabe souhaitait que le Conseil publie au moins une déclaration définissant un mécanisme pour faire appliquer la Feuille de route.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com