C.S.S. – C.A. L 1 (4ème J.)





Du côté sfaxien :
Tout est en ordre

La victoire de mercredi dernier face à l’ASM a été plus que bénéfique pour les protégés de M’rad Mahjoub. Un succès qui intervient au moment où le CSS se prépare pour négocier un match très important contre Orlando Pirates pour le compte des demi-finales de la Ligue africaine des champions.
Le résultat enregistré mercredi dernier constitue donc un atout psychologique de taille pour affronter le CA aujourd’hui et continuer sur sa lancée. Le match de ce soir constitue un nouveau test pour les coéquipiers de Boujelbène avant leur déplacement à Johannesburg le 27 septembre.
Les Noir et Blanc abordent aujourd’hui leur rencontre face au CA avec un seul objectif : remporter les trois points de la victoire.
Les Sfaxiens sont conscients qu’une victoire contre l’équipe de Bab Jedid leur permettra de se rapprocher davantage de la première place, surtout que la mission du second leader (ESS) qui affrontera jeudi prochain l’ESZ (match retard) sera difficile.
Mahjoub, conscient de la valeur de l’adversaire, insiste sur l’application de ses joueurs et leur placement sur le terrain pour faire plus que jeu égal avec les Clubistes de Tunis. Ainsi, la prudence et la récupération seront deux atouts essentiels, mais on ne négligera pas pour autant le valet offensif.

Formation probable
Béjaoui, Haj Messaoud, Gharbi, Mardassi, Abdi, Boujelbène, M’rabet, Hammami, Nafti, Ziadi, Asamoah.

N.B.

Wissem Abdi : «Nous serons au rendez-vous»

Dans quelles conditions le CSS se présente-il au rendez-vous d’aujourd’hui contre le CA ?
C’est l’un des matches les plus difficiles, mais la mission ne sera pas impossible. Nous avons les moyens de bien jouer, alors nous les utilisons contre notre adversaire de cet après-midi. Cela nécessite une application stricte des consignes de l’entraîneur.

Comment imaginez-vous le déroulement de cette rencontre ?
Les deux équipes passent actuellement par une période faste et cherchent à confirmer leurs bonnes dispositions du moment et à poursuivre leurs séries roses. Ce sera en quelque sorte le match de la confirmation pour les uns et les autres.

Le CSS s’est bien comporté contre l’ASM après deux nuls consécutifs à Sfax ?
Je peux dire que le CSS a redressé la barre après un début de saison pénible au Stade M’hiri. La qualification aux demi-finales de la Ligue africaine des champions après notre victoire contre Ashanté Kotoko, a fait du bien à l’équipe.Ce sera un match où le spectacle et l’indécision risquent de se prolonger jusqu’au bout. Je suis optimiste et je suis persuadé que le CSS va sortir un grand match tout à l’heure.

Noureddine BACCOUCHE

_______________

Du côté clubiste :
Soigner nécessairement le mental

Finalement, la rencontre de la Ligue arabe des champions disputée face à Al Wahda de Syrie n’a pas été un modèle du genre, loin de là. On parlait d’ailleurs, avant-hier, du match de toutes les controverses, d’autant que les Clubistes ont été approximatifs au cours de la période initiale.

La formation «rouge et blanc» fut effectivement sans âme, sans génie et sans ligne directrice, à croire qu’elle appréhendait trop cette confrontation, et par là-même, son adversaire du jour. Loin d’être transcendante, du moins percutante, comme l’exigeait son statut de leader de la compétition nationale, elle s’est montrée au contraire fébrile, donc incapable de poser son jeu, ni imposer un rythme régulier à la partie.
Certes, les partenaires du sobre et irréprochable Jean-Pierre Njanka ont fini par s’imposer et récolter un succès rassurant à même de leur permettre d’aborder la seconde manche à Damas en position de force, mais il est évident que quelque chose ne tourne pas rond au sein du groupe.
Les Clubistes ne se sont en effet montrés conquérants que sur la fin de la rencontre, pendant les dix dernières minutes pour être précis, lorsqu’ils sont parvenus à se détacher au score. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’ils ont retrouvé leur football, évoluant par conséquent sur leur vraie valeur.

Contraste
Quelques joueurs tardent en effet à retrouver leur forme optimale, à l’instar notamment de Wissem Yahia qui constitue désormais une véritable énigme. Ou encore le jeune latéral Laâroussi Bargougui, révélation pourtant du début de saison, mais qui a été mardi denier complètement hors sujet! Y ajoutons également un Chokri Zaâlani qui se sent, manifestement, considérablement «gêné» sur le flanc gauche de la défense.
En revanche, les Jean-Pierre Njanka, Lassaâd Ouertani et Oussama Sellami ne cessent de s’illustrer au fil des rencontres grâce surtout à leur régularité. Alors que le gardien Ali Boumnijel prend un malin plaisir à faire du pied du nez à ses détracteurs, non seulement en se montrant sûr de lui, mais également performant. Et c’est tout dire!

La bonne cuvée
On ne peut nier, dans ce même chapitre des satisfactions, les efforts louables consentis par Helmi Loussaïef, Moussa Poukong, Zouheir Dhaouadi, Mohamed Amine Aouichaoui à chaque fois que Bertrand Marchand y fait appel. Voilà une bonne pléiade de jeunes espoirs qui constituent désormais l’avenir du club de Bab Jedid.
Reste enfin, le cas Gharzoul et Bouguerra. Voilà deux joueurs dont on ne peut occulter le talent, encore moins la valeur sûre. Mais on sent chez eux, à l’heure actuelle, un certain blocage, essentiellement en ce qui concerne le second. En tout cas, tous deux sont appelés à se ressaisir.
Pour résumer, disons que le staff technique aura encore beaucoup à faire, entre autres soigner le «déficit» constaté sur le plan mental de l’ensemble. A commencer bien entendu par le rendez-vous de tout à l’heure à Sfax qui constitue, à n’en pas douter, un important test, sinon le plus important de ce début de saison…

Mansour AMARA

Jean-Pierre Njanka : «En conquérants»

Depuis le jour où il a débarqué au Parc Mounir Kebaïli, le Camerounais Jean-Pierre Njanka est devenu en si peu de temps un rouage essentiel dans le dispositif défensif de l’ensemble géré par Bertrand
Marchand.

Sa bonne volonté, son cran, son charisme et son sens de l’anticipation ont fait de lui le patron incontesté désormais de l’arrière-garde clubiste. A l’issue de la rencontre de mardi dernier face à Al Wahda de Syrie, nous l’avons approché afin de nous livrer ses impressions sur l’état actuel du groupe et, surtout, la confrontation que les Clubistes doivent livrer cet après-midi à Sfax.
«Pour ce qui est du groupe, je crois que nous sommes sur la bonne voie, d’autant que nous tenons la concurrence jusqu’ici bien que nous ayons subi quelques pressions. On n’osait d’ailleurs espérer mieux, dans la mesure où nous étions confrontés à un calendrier des plus difficiles, sinon démentiel.
Pourtant, on est leaders malgré les vicissitudes d’un départ hésitant. On parvient à tenir la cadence et à faire preuve de régularité dans notre rendement qui, je l’espère, va crescendo.
Des lacunes, il y en a sans doute, mais pas plus que les autres. Des imperfections, ça existe également, mais nous travaillons d’arrache-pied afin d’y remédier et apporter les correctifs nécessaires.
On sent par ailleurs que l’équipe progresse au fil des journées. Elle gagne aussi en homogénéité et en solidarité. Avec le retour en forme de certains éléments et la récupération des blessés, je suis persuadé que les choses vont s’améliorer davantage et que nous abordons la suite de la compétition en conquérants.
Que nos supporters se rassurent en tout cas, nous ferons tout pour les combler de joie».

M.A.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com