Irak : Al-Qaïda menace d’une grande offensive





Les Irakiens étaient sous couvre-feu hier alors que leur pays connaît une vague de violences qui ne cesse d'augmenter et que le chef local d'Al-Qaïda a promis d'intensifier encore.

Le Quotidien-Agences
Comme tous les vendredis, un couvre-feu a été imposé à la mi-journée dans la capitale. Cette mesure, bien respectée par la population, permet d'éviter les carnages qui ont souvent eu lieu à la sortie des mosquées ces dernières années.
Peu avant le couvre-feu, un engin explosif dissimulé sous une voiture a cependant fait onze blessés dans le quartier de Karrada dans le centre de Bagdad.
Dans un enregistrement audio mis en ligne jeudi sur internet, le chef d'Al-Qaïda en Irak, Abou Hamza al-Mouhajer, a appelé ses partisans à enlever des Occidentaux pour les échanger contre un religieux détenu aux Etats-Unis. Il a aussi demandé que les spécialistes musulmans du nucléaire et de la biologie viennent le rejoindre pour combattre les Américains en Irak.
"Nous avons un besoin urgent de vos services, car les bases américaines sont le lieu idéal pour se livrer à des expériences non conventionnelles de guerre sale et biologique", a ajouté le successeur d'Abou Moussab al-Zarqaoui. Ce dernier a été tué en juin dans un raid américain au nord de Bagdad.
Abou Hamza, dont l'authenticité de l'enregistrement audio ne peut être vérifiée, a affirmé que son réseau lancerait une "offensive tous azimuts" contre la force multinationale dirigée par les Etats-Unis, mais aussi contre les Irakiens qui la soutiennent.
Il a en outre avancé, pour la première fois, un chiffre sur le nombre de ses hommes tués, en affirmant que 4.000 combattants étrangers sont morts au cours des trois années de bataille contre la force multinationale et le gouvernement rakien.
L'appel du chef d'Al-Qaïda est intervenu au moment où, en Irak, l'offensive pour intensifier les attaques pendant le mois de ramadan, est déjà lancée. Des dizaines de personnes, en majorité des civils, périssent tous les jours dans les attaques à travers l'Irak.
Les responsables militaires américains ont annoncé qu'au cours de la première semaine de ramadan, le nombre d'attaques suicide a été le plus élevé depuis le début de la guerre en 2003.
C'est surtout le cas à Bagdad où, en dépit d'une opération massive de sécurité américano-irakienne menée depuis des mois, les groupes armés et les escadrons de la mort ont commencé à revenir dans certains quartiers, parfois avec l'aide de la police irakienne, selon les renseignements américains.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com