Festival de la Médina : Bab Souika, comme au bon vieux temps





Une animation intense et un concert de haut niveau, animé par le chanteur tunisien Adel Soltane à la Place Bab Souika, telle était l’ambiance de la soirée d’ouverture de la 16ème édition du Festival du Grand Tunis dont le coup d’envoi a été donné jeudi.

Les festivités du coup d’envoi qui ont été données à 21 heures ont été marquées par une animation intense au cours de laquelle des troupes de chants soufis et de musique liturgiques se sont produits sur la place Bab Souika. Une heure avant le coup d’envoi, huit groupes se sont livrés à une animation intense. C’est la «Kharja de Sidi Bou Saïd» qui a eu l’honneur d’ouvrir le bal de cette soirée. Elle fut rejointe sur place par la «Kharja de Tahar Karoui», et d’autres troupes, comme Hadhrat Ezzouhour. Toutes les troupes ont défilé sur la place mythique de Bab Souika créant une ambiance mystique hautement festive. Mais l’ouverture officielle de cette 16ème édition du Festival du Grand Tunis a eu lieu sous une tente géante dressé pour la circonstance. A 22 heures, Adel Soltane apparaît sur la scène, accompagné de ses huit instrumentistes. Ils entament leur prestation par des chants soufis. Une façon de redonner à cette place sa vocation sacrée d’antan. Après cette brève introduction, Adel Soltane et sa troupe entrent dans le vif du sujet, en visitant ses propres compositions de «Tarab», mais également d’autres chants soufis, tirés du patrimoine chansonnier sacré tunisien. Parmi les chansons reprises, au cours de cette soirée, on cite notamment : «Konna Ashab», «Holm oua Kadar». Ces compositions sont pour la plupart inspirées des «Mouachahat» syriennes. Le chanteur tunisien a visité aussi des chants du folklore tunisien. Parmi ces chants, on trouve «Sefseri», «Ya Mraya», entre autres.
Dans sa prestation, Adel Soltane a rendu un vibrant hommage à sa mère, à laquelle il a dédié «Ya Oummi».
Fervent militant de la cause arabe, l’artiste a rendu, au cours de sa prestation, un vibrant hommage aux peuples libanais, palestinien et irakien auxquels il a dédié quelques compositions.
La prestation de Adel Soltane qui a duré 1h30 minutes, a été une occasion pour le chanteur de visiter une douzaine de composition réparties entre les chants liturgiques, le «Tarab» et le folklore tunisien. Le concert d’avant-hier soir a drainé une foule de mélomanes, jeunes et moins jeunes originaires du quartier de Bab Souika et des localités environnantes du Grand Tunis. Il a permis aussi à ce festival qui se poursuit au 20 octobre, de démarrer cette édition du bon pied. Dans sa version ramadanesque qui se poursuit au 20 octobre, cette 16ème édition du Festival du Grand Tunis, comprend douze soirées, toutes obédiences artistiques confondues et donne aussi l’occasion aux habitants de Bab Souika de vivre aux rythmes d’un Ramadan animé. L’aura de la soirée a été rehaussée par la présence parmi l’assistance de M. Mohamed El Aziz Ben Achour, ministre de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine, du gouverneur de Tunis et de nombreux hauts responsables.

Ousmane WAGUÉ




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com