Une nouvelle vague d’attaques à Bagdad fait des dizaines de morts





Une nouvelle vague d'attaques a frappé Bagdad hier, faisant 18 morts qui viennent s'ajouter aux 150 morts déja enregistrés ces dernières 72 heures.

Le Quotidien-Agences
Hier matin, ce sont au total cinq voitures piégées qui ont explosé à Bagdad, tuant 18 personnes. "Près d'un marché aux légumes très fréquenté, l'explosion, en quelques secondes, de trois véhicules piégées, dans le quartier de Doura, dans le sud-ouest de Bagdad", à majorité sunnite, a tué 10 personnes et en a blessé 30, a indiqué une source des services de sécurité.
Auparavant, une voiture piégée avait explosé dans le centre de la ville, au passage d'une patrouille de la police irakienne, tuant quatre personnes dont deux policiers et faisant 11 blessés.
Dans le quartier de Kamsala, dans le sud-est de Bagdad, un autre véhicule piégé a sauté faisant quatre morts et 10 blessés.
Coté américain, un marin américain est mort dans le sud de l'Irak, a annoncé hier l'armée américaine dans un communiqué.
"Un marin assigné à la 16e brigade de police militaire est mort le 17 janvier à Camp Bucca, dans des opérations de combat", indique le communiqué, précisant qu'une enquête a été ouverte.
Par ailleurs, un avion militaire américain sans pilote, un drone, s'est écrasé mercredi à 23h35 (20h35 GMT) à environ 7,5 km au sud-est de l'aéroport de Bagdad, a annoncé jeudi l'armée américaine.
La chute de l'engin sur une zone non peuplée n'a provoqué ni victime ni dégât matériels.
Plus de 34.000 civils ont été tués en Irak en 2006, dont près de la moitié à Bagdad, selon les Nations Unies.
Sur le plan diplomatique, l'ambassadeur iranien en Irak a assuré que son pays travaillait en faveur de la sécurité en Irak.
"Qu'on me donne une seule preuve que l'Iran travaille à déstabiliser l'Irak (...) L'Iran est disposé à aider à entraîner et à équiper les forces de sécurité irakiennes pour combattre le terrorisme", a assuré Hassan Kazemi, qui a par ailleurs espéré une libération prochaine des "diplomates" iraniens arrêtés par l'armée américaine au Kurdistan (nord).
"Le ministre des Affaires étrangères irakien, Hoshyar Zebari, m'a affirmé qu'il était optimiste et qu'ils seront bientôt libérés", a-t-il déclaré.
"L'enlèvement des diplomates ne va pas affecter nos relations avec l'Irak, mais il porte atteinte à la souveraineté de l'Irak et constitue une humiliation pour son gouvernement", a encore estimé le diplomate iranien.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com