Ahmadinejad : Ni Israël ni ses patrons n’osent attaquer l’Iran





Le Président iranien Ahmadinejad a fait monter le ton d'un cran avec les Etats-Unis en soutenant que ni Israël ni ses patrons n’oseront attaquer l’Iran et ce au moment où à Washington le congrès était en train d'élaborer un texte interdisant au président Bush d'attaquer l'Iran.

Le Quotidien-Agences
Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a dit que ni Israël ni ses patrons n’osent attaquer l’Iran. La remarque a été effectuée dans une interview avec le journal espagnol basé à Madrid El Mundo.
Le chef exécutif a dit qu’Israël est bien consciente de la puissance du peuple iranien, en ajoutant que par conséquent, le régime sioniste et ses patrons n’oseront jamais s’embarquer dans une telle mesure stupide et envahir l’Iran. El Mundo a expliqué que l’interview a été conduite durant la récente visite du président iranien en Amérique Latine.
Ahmadinejad a questionné sur la présence des forces américaines et britanniques en Irak, en ajoutant que le problème de l’Irak est la présence de soldats étrangers. « Juste après l’agression des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne contre l’Irak, le problème des sunnites et shiites a été créé dans le pays », a-t-il dit.
Il a noté que le monde entier est conscient que le régime sioniste possède des armes nucléaires et que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne expriment de la satisfaction à ce sujet.
« L’Iran coopérait étroitement avec l’Agence Internationale de l’Energie Atomique et a respecté les lois et régulations internationales», a-t-il dit.

Projet de loi
Entre-temps à Washigton, vingt congressistes américains ont soumis à la Chambre des Représentants une déclaration conjointe disant que conformément à la Constitution le président des Etats-Unis, George W. Bush, ne peut pas lancer une opération militaire contre l'Iran sans l'aval du Congrès.
Une résolution similaire sera aussi soumise au Sénat des Etats-Unis, a rapporté l'agence russe RIA Novosti, se référant au Secrétariat de la Chambre des Représentants du Congrès américain.
Selon les services de renseignement des Etats-Unis, il faudra à l'Iran au moins "plusieurs années" pour créer sa propre arme nucléaire, lit-on dans ce document qui souligne également que la solution du problème nucléaire iranien "fait à l'heure actuelle l'objet des efforts diplomatiques continus associant l'Iran lui-même, les Etats-Unis, l'Union européenne (UE), la Fédération de Russie, la République populaire de Chine (RPC), l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies".
Quoi qu'il en soit, malgré tous ces efforts diplomatiques et les déclarations du président des Etats-Unis, George W. Bush, et de plusieurs membres de son administration prétendant préférer la diplomatie pour résoudre ce problème, on constate le nombre croissant d'informations sur la préparation en cours à la guerre, indique le texte de ladite résolution. Le document souligne que le président ne doit pas lancer une opération militaire contre l'Iran sans en recevoir préalablement l'aval de la part du Congrès des Etats-Unis, et qu'une telle autorisation préalable de la part du Congrès est un impératif juridique et constitutionnel.
La question sur une éventuelle préparation par la Maison-Blanche d'une opération militaire contre l'Iran a aussi été soulevée mercredi lors du débat sur l'Irak à la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des Représentants où l'ancienne secrétaire d'Etat américaine, Madeleine Albright, a pris la parole.
"A quoi bon un groupe aéronaval se rend dans le Golfe?", a-t-elle demandé.

__________________

L'Iran abat un avion-espion américain

Le gouvernement iranien a affirmé hier avoir abattu un avion sans pilote des Etats-Unis. L'avion aurait franchi la frontière qui sépare l'Iran de l'Irak. Le gouvernement iranien n'a fourni aucun détail quant à la date exacte et l'endroit précis où cet incident a eu lieu, mais le silence des Etats-Unis ainsi que d'autres incidents similaires semblent confirmer les faits.
Le gouvernement iranien accuse les Etats-Unis de vouloir faire « monter la pression », en utilisant de plus en plus de drones, et en faisant stationner un deuxième porte-avions au large de leurs côtes.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com