Tunis Karima quitte ses parents pour “Satan”





Trois jours durant, les recherches n’ont pas cessé afin de retrouver Karima. Agée de dix-sept ans, elle menait une vie plutôt tranquille jusqu’au jour où ses parents ont découvert cette lettre. L’adolescente a décidé de quitter le domicile familial. Pour quelle raison?

Tunis - Le Quotidien
Karima habite l’un des quartiers huppés d’El Menzah. Elle avait six ans lorsque ses parents ont décidé de l’inscrire dans l’une des plus prestigieuses écoles primaires de Tunis.
Sa maîtresse avait, à l’époque, rapidement découvert que la gamine avait des dons artistiques. Et lorsqu’elle a touché pour la première fois la guitare on avait compris que des doigts d’or étaient, en train de voir le jour.
Mieux encore, Karima avait une capacité à retenir les informations, les plus compliquées à telle enseigne qu’on l’a dénommée le petit génie de la classe.
En effet, jamais elle n’avait raté les podiums des fins d’année. Elle collectionnait les prix sans toutefois perdre de sa modestie. Enfant, elle continuait en effet à vivre pleinement son innocence et sa naïveté.
Elle décrocha avec beaucoup de brio son premier diplôme de fin d’études primaires. Karima accéda alors au collège et obtint le certificat de la neuvième à l’âge de quinze ans. A ce rythme là, tout le monde était sûr qu’elle aurait son bac à l’âge de dix-huit ans.
Bien évidemment, la musique a continué à être seul hobby de Karima. Elle choisit la guitare comme instrument. D’ailleurs, elle l’a maîtrisée au point qu’une bande de jeunes gens branchés n’ont pas hésité à faire appel à son talent pour renforcer leur groupe musical évoluant dans un registre très approprié aux jeunes de leur âge, à savoir le hip hop.
Karima fit alors ses premiers pas dans ce monde “fou” d’un genre musical bien particulier. Les jeunes y expriment leur colère, leur révolte et leurs revendications.
Du coup, Karima encore âgée de seize ans a changé de look. Elle s’est fait percer le nez un peu plus tard, elle s’est teinté les cheveux en noir. Au passage, elle s’est débarrassée de ses habits de lycéenne disciplinée pour mettre des pantalons aux coupes bizarres. Même ses lèvres n’ont pas échappé à ce changement puisqu’elles sont couvertes éternellement de noir.
Dans sa chambre, on pouvait également et rapidement deviner de qui il s’agit. Tout laissait penser qu’on est en présence d’une adolescence “engouffrée” dans le mystère et très éprise de ces phénomènes ayant trait à l’au-delà.
Des posters de stars sortant de l’ordinaire ... des affiches mettant en relief des phénomènes surréels et surtout satan dont on sent l’odeur dans cette chambre extrêmement bizarre.
Pourtant, les parents de Karima avaient cru qu’il ne s'agissait là que d’un comportement tout à fait ordinaire pour une fille de son âge.
Seulement, l’adolescente était déjà trop engagée pour pouvoir faire demi- tour.
En effet, Karima faisait partie d’un groupe qui croit dur comme fer que ce monde a tellement basculé dans le mal qu’il lui faut un satan pour le “corriger”.
Ceci dit, combattre le mal par le mal était la seule croyance que Karima en était persuadée.
Au passage, l’adolescente s’est mise à participer à des cercles organisés par des jeunes en vue de ramener Satan à la vie et donc le convoquer pour sauver le monde.
Des rituels assez bizarres où les jeunes avaient besoin de sang à offrir à Satan pour qu’il réponde à leur demande.
On tuait des chats et parfois des chiens.
Finalement, et pour rompre définitivement avec son milieu familial qui ne répondait pas à ses croyances, Karima prit la décision de quitter la maison.
Dans sa lettre, elle avait expliqué qu’elle était partie pour retrouver “le sauveur”. Cela faisait un mois qu’elle était absente. Reviendra-t-elle un jour? C’est le souhait de ses parents!
Habib Missaoui

N.B. : Les parents de Karima lancent un appel à leur fille pour qu’elle revienne à la maison l’informant au passage que sa mère est gravement malade.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com