BAD : Des niveaux record en 2006





En 2006, la Banque Africaine de développement (BAD) a consolidé ses réalisations contribuant efficacement à la croissance économique de l’ensemble du continent.
Elle a même enregistré des niveaux record en terme de prêts, de dons et d’allégement de dette.

Tunis-Le Quotidien
Présidant hier la rencontre annuelle de la banque avec les ambassadeurs des Etats membres et les représentants des organisations internationales, M. Donald Kaberuka, président du groupe de la BAD, a présenté les résultats de la banque au terme de l’exercice 2006, notant qu’elle a connu une progression remarquable arrivant à 32% au niveau de ses prêts avec une enveloppe de 3,4 milliards de dollars.
Il s’agit là d’un niveau record par rapport aux années précédentes pour la banque, dont le principal objectif est de renforcer la croissance économique de l’Afrique à travers le financement des projets de développement dans les différents pays du continent.
M. Kaberuka a souligné que 2 milliards de dollars ont été dégagés par le guichet concessionnel au profit des pays à faibles revenus, tandis que 1,4 milliard ont été destinés aux opérations non concessionnelles à travers le guichet de la BAD. Le guichet du secteur privé a pour sa part doublé le montant de ses prêts qui est arrivé à 401 millions de dollars.
Concernant les résultats financiers de la banque, M. Kaberuka a noté que le groupe de la BAD est parvenue à améliorer ses résultats et à les renforcer tout en poursuivant la mise en œuvre de politiques destinées à favoriser un déploiement optimal de ses actifs et passifs financiers.
Et d’ajouter que la situation financière de la banque à moyen terme reste tout à fait solide, tout comme sa capacité à supporter des risques, d’autant plus que la confiance dont jouit l’institution auprès des marchés de capitaux ne cesse de se confirmer.
M. Kaberuka a affirmé que le premier objectif de la banque demeure l’accélération de la croissance économique et la poursuite de la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement.
Il a, en outre, annoncé que le plan d’appui de la banque devrait être, à la demande de ses actionnaires, plus sélectifs, au niveau des secteurs à assister, faisant en sorte que ses concours viennent compléter ceux d’autres partenaires des pays africains.
L’amélioration du climat d’investissement pour réduire les risques et les coûts de l’entreprise demeure une réalité dans la majeure partie des pays africains. Dans ce contexte la BAD compte orienter ses ressources vers la suppression des goulots d’étranglement qui empêchent la compétitivité de l’Afrique, notamment le manque d’infrastructures.
En 2006, la banque a mis en place un département de la gouvernance et de la gestion économique qui devrait jouer un rôle important dans la promotion de la bonne gouvernance dans le continent africain qui subit les conséquences des manquements à la bonne gouvernance, y compris leurs formes extrêmes que sont la guerre et les conflits.
M. Kaberuka a conclu que la BAD a apporté depuis sa création en1964 une contribution notable au développement socioéconomique de l’Afrique, mais il lui reste encore plusieurs autres efforts à déployer pour atteindre son objectif primordial, à savoir, celui de permettre à ce continent, à l’instar de la Chine et de l’Inde..., de se passer de l’aide et de participer activement aux échanges et aux flux d’investissement mondiaux.

Mohamed ZGHAL




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com