Qualité du cinéma : Quand l’écriture du scénario devient incontournable





Comment faire évoluer la qualité des films grâce à une amélioration de l’écriture des scénarios et du travail cinématographique? C’est à cette interrogation qu’a tenté de répondre l’association «Sud-Ecriture» qui a organisé plusieurs ateliers se rapportant à la question.

Dirigée par Dorra Bouchoucha, enseignante universitaire et auteur de cinéma, et épaulée par Lina Chaâbane et Anis Jemal, «Sud-Ecriture» fait parler d’elle depuis un certain temps. La principale raison est que les films dont les auteurs ont bénéficié de son assistance pour la rédaction du scénario ont enregistré d’énormes succès aussi bien sur le plan national qu’international. Confirmation de ce succès, ces films sont sollicités tant dans la chaîne de distribution cinématographique qu’au niveau des manifestations internationales. D’ailleurs, pas plus tard que mardi, «Comme les autres», un court métrage de Mohamed Ben Attia dont l’écriture du scénario a bénéficié de l’assistance de «Sud-Ecriture» a été projeté sur les écrans du cinéma «Zéphyr» à La Marsa, tandis que «Bosta», un film du libanais Philip Aractingi - qui a aussi été assisté dans l’écriture du scénario - a été nominé, aux Oscars des USA.
Dans le chapitre des succès des films ayant bénéficié du soutien de «Sud-Ecriture», l’atelier des projets, chapeauté par l’Association et qui est devenu une composante traditionnelle des JCC, a vu deux scénaristes issus des ateliers «Sud-Ecriture» obtenir une récompense tandis qu’un troisième a remporté une bourse de 10 000 euros.
Dans cette même perspective, la société de production cinématographique tunisienne «Nomadis Images» que dirige Dorra Bouchoucha, s’est distinguée lors de la dernière édition des Journées cinématographiques de Carthage en organisant l’espace des rencontres internationales entre scénaristes issus des ateliers, réalisateurs, producteurs et bailleurs de fonds. Devenue l’année dernière partenaire de «Meda Films Développement» (MFD) qui est une structure d’accompagnement financée par l’Union Européenne, cette structure a enregistré 29 candidatures pour le perfectionnement de l’écriture du scénario et parmi lesquels 10 projets ont été retenus, dont celui du jeune tunisien Sami Belhaj, produit par Mohieddine Temimi.

Dorra Bouchoucha à Ouagadougou
Fortes des succès enregistrés, Dorra bouchoucha et l’équipe de l’Association «Sud-Ecriture» ont été sollicitées pour animer un atelier de réécriture cinématographique à la prochaine édition du Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou (Fespaco) qui aura lieu du 24 février au 3 mars 2007. La demande vient de lui être adressée par Baba Hama, directeur de ce festival. Il est à rappeler que Dorra Bouchoucha présidera, lors de la prochaine édition du Fespaco, la Section «Video et Télévision».
Ayant démarré ses activités en 1997, «Sud-Ecriture» a déjà assisté pas moins de 75 scénaristes dont 22 Tunisiens. Un grand nombre de films de ces scénaristes a obtenu une consécration pour la qualité du scénario. Au mois de mars prochain, «Sud-Ecriture» animera son seizième atelier. Il a également encadré dix tandems qui ont réuni les intervenants de l’industrie cinématographique pendant les dernières J.C.C. Au cours des ateliers, toutes les facettes de l’industrie cinématographique et de la chaîne de distribution des films ont été abordées. Il est à rappeler que Sud-Ecriture» organise entre deux à trois ateliers par an d’une durée de 8 jours chacun. L’accompagnement des projets et la formation sont assurés par les tuteurs et des experts internationaux.

Ousmane WAGUE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com