Selon Fitch Ratings : Une croissance modeste des principales banques tunisiennes en 2006





Reflétant l’évolution de l’économie nationale, les cinq principales banques tunisiennes devaient connaître des résultats en croissance au titre de l’exercice 2006, mais avec un rythme modeste. Un récent rapport de Fitch Ratings analyse cette croissance et les perspectives d’avenir de ces banques.

Tunis-Le Quotidien
L’agence de notation « Fitch Ratings » vient de publier un rapport spécial sur les activités au titre de l’exercice 2006 pour les cinq premières banques tunisiennes, à savoir l’Amen Bank (AB), la Banque de l’Habitat (BH), la Banque Internationale Arabe de Tunisie (BIAT), la Banque Nationale Agricole (BNA) et la Société Tunisienne des Banques (STB).
Le rapport de Fitch Ratings précise que les résultats de ces cinq principales banques en 2006 devraient être marqués par une croissance modeste des encours de crédit ainsi que de substantielles dotations aux provisions. L’agence estime, en outre, que l’amélioration de l’efficience opérationnelle sera à l’avenir, un facteur clé pour soutenir les résultats nets de ces banques.
La performance des cinq principales banques tunisiennes s’est améliorée en 2005, même si les dotations aux provisions sont restées importantes pour toutes ces banques ainsi que les charges d’exploitation substantielles pour certaines d’entre elles, tendances qui se sont prolongées en 2006.
Selon le même rapport, le nettoyage des bilans des principales banques s’est poursuivi en 2005 par le biais de radiations de créances compromises ou de cessions de ces créances à leurs filiales spécialisées dans le recouvrement.
L’agence estime, par ailleurs, que ces cinq banques doivent faire encore plusieurs efforts pour enregistrer un progrès au niveau de l’amélioration leur gestion du risque de crédit, même si des efforts sont faits pour améliorer leur gestion du risque de crédit, Fitch estime que des progrès restent encore à faire dans ce domaine. En 2005, certaines banques ont bénéficié de substantiels revenus non récurrents qui ont été affectés à la couverture des risques.
Toutefois, les ratios de défaillance restent élevés et la couverture des risques par les provisions faible, par référence aux standards internationaux. En 2005, les ratios de créances classées se sont établis dans une fourchette de 16% à 43% pour ces banques, alors que le risque résiduel non couvert par les provisions représentait une proportion des fonds propres variant de 72% à 250%. Pour l’année 2006, ces ratios n’étaient pas encore disponibles pour la plupart de ces banques.
Au cours du premier semestre 2006, les principales banques tunisiennes ont enregistré des ratios de résultat d’exploitation sur fonds propres s’établissant dans une fourchette de 4% à 15%, les dotations aux provisions ayant continué à absorber une large part de ces revenus en dépit d’une hausse de ces derniers.
Dans ce même rapport, Fitch estime qu’une image fiable de la performance de ces banques au titre de l’année 2006 ne sera disponible que lors de la publication de leurs états financiers annuels audités.
Les notes de soutien extérieur de 2 ou 3 attribuées aux cinq plus grandes banques ont été confirmées en 2006, traduisant ainsi l’opinion de Fitch selon laquelle l’Etat tunisien apporterait un soutien fort ou plus modéré à ces banques en cas de nécessité. L’agence n’envisage pas, en outre, la modification de ces notes de soutien extérieur sur le court terme.

M.Z.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com