Irak : Sadr dans le collimateur des Américains





Un GI tué, six soldats britanniques blessés

Un proche du chef radical chiîte Moqtada Sadr, accusé d'être responsable de nombreuses violences, a été arrêté vendredi à Bagdad, alors que les autorités irakiennes ont promis de s'en prendre à tous ceux qui violent la loi et veulent constituer une alternative à l'Etat.

Le Quotidien-Agences
Un proche du puissant chef radical chiîte Moqtada Sadr, soupçonné de diriger un escadron de la mort, a été arrêté hier par les forces spéciales de l'armée irakienne et leurs conseillers américains à Bagdad, selon des sources concordantes.
Un responsable du courant Sadr dans la ville sainte de Najaf, au sud de Bagdad, cheikh Abdel-Razzaq Al-Nadaoui, a "condamné l'arrestation de cheikh Darraji" et appelé "à la tenue de manifestations à travers tout l'Irak, après les prières du vendredi".
"Des ordres ont été communiqués à l'ensemble des formations du courant Sadr pour exercer, à la demande de Moqtada Sadr lui-même, une pression médiatique, politique et populaire" afin d'obtenir la libération de cheikh Darraji, un porte-parole influent du courant Sadr, a-t-il déclaré.
"Cette arrestation va affecter négativement le retour du courant Sadr au processus politique", a estimé cheikh Al-Nadaoui.
L'armée américaine a annoncé l'arrestation, sans dévoiler son identité, du chef d'un groupe armé responsable de nombreux enlèvements, tortures et assassinats de civils irakiens dans le quartier de Baladiyat dans l'est de Bagdad, près de Sadr city, le bastion de la milice de Sadr, l'Armée du Mahdi.
Selon un responsable du courant Sadr à Bagdad qui a requis l'anonymat, "après minuit, des soldats américains et irakiens ont attaqué un site religieux, tué un des gardes et arrêté cheikh Abdel Hadi Al-Darraji et quatre autres personnes".
Son arrestation a été confirmée par cheikh Souheil Al-Qabi, un responsable du courant Sadr à Najaf.
"Le suspect serait affilié à Abou Dereh et à d'autres chefs d'escadrons de la mort", selon l'armée américaine.
Abou Dereh, surnommé le "Zarqaoui chiîte" est un ancien responsable de l'Armée du Mahdi, qui a monté son propre groupe armé et est accusé de nombreuses exactions contre la communauté sunnite.
Le gouvernement irakien semble déterminé à sévir contre le courant Sadr, dont plusieurs dizaines de combattants ont été arrêtés ces derniers jours.
Cette attitude tranche avec celle jusqu'alors observée par Maliki. En particulier, Maliki avait ordonné en octobre 2006 la levée du bouclage imposé pendant plusieurs jours par des forces irako-américaines à Sadr City.
Le poids politique du courant Sadr s'est accru depuis que les responsables chiîtes l'ont convaincu d'abandonner la lutte ouverte contre les Américains pour rejoindre le processus politique.

Attaques et arrestations
Sur le terrain, un soldat américain a été tué à Bagdad dans l'explosion d'une bombe artisanale au passage d'une patrouille, a annoncé hier l'armée américaine dans un communiqué. Trois soldats ont également été blessés dans l'explosion, a-t-elle ajouté.
En décembre 2006, 112 soldats américains sont morts en Irak, ce qui en fait le mois le plus meurtrier pour l'armée américaine depuis novembre 2004.
Par ailleurs, six soldats britanniques ont été blessés, dont l'un grièvement, lors de trois attaques contre leur base à Bassorah, dans le sud de l'Irak, a annoncé le ministère britannique de la Défense (MoD). "Il y a eu trois attaques sur le palais de Bassorah la nuit dernière dans lesquelles un soldat a subi de graves blessures", a indiqué une porte-parole du MoD. "Quatre des six (soldats) ont été hospitalisés. Les deux autres ont été traités à la base", a-t-elle précisé.
Enfin, les forces de sécurité irakiennes et l'armée américaine ont annoncé avoir tuer 44 hommes armés et arrêté 172 suspects lors d'une opération d'un mois dans le bastion de Ramadi, dans l'ouest de l'Irak.
"Au cours de cette opération d'un mois, 31 cachettes d'armes et d'explosifs ont été découvertes et le soutien de quatre tribus supplémentaires acquis à Ramadi. Quarante-quatre combattants ennemis ont été tués et 172 suspects arrêtés", a ajouté l'armée.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com