Seize GI’s tués en Irak : L’hémorragie continue





Un hélicoptère américain s’est écrasé hier au nord-est de Bagdad: bilan 13 morts à ajouter aux trois soldats américains tués en Irak en 24 heures, notamment dans le triangle sunnite où neuf Irakiens, dont un colonel de l'armée, ont aussi été tués dans différentes attaques.

Le Quotidien-Agences
Un hélicoptère militaire américain s’est écrasé hier après-midi au nord-est de Bagdad, entraînant la mort de 13 passagers et membres d’équipage, a annoncé l’armée américaine.
«Un hélicoptère s’est écrasé au nord-est de Bagdad et neuf passagers et quatre membres d’équipages sont morts», a indiqué une porte-parole de l’armée américaine, le lieutenant-colonel Jossly Aberte.
Trois autres soldats américains sont morts dans des attaques en Irak ces dernières 24 heures, a annoncé hier l'armée américaine dans des communiqués.
"Un soldat de la division multinationale à Bagdad a été tué le 20 janvier et un autre blessé dans l'explosion d'une bombe artisanale au passage d'une patrouille dans le nord de la capitale irakienne", a indiqué l'armée.
"Un soldat de la Task force «Lightning», assigné à la 4ème brigade, 1ère division de cavalerie, est mort vendredi des suites de ses blessures reçues lors de l'explosion d'une bombe artisanale dans la province de Ninive (nord)", a ajouté l'armée dans un deuxième communiqué.
Un Marine assigné au 5ème régiment de combat est également mort vendredi des suites de ses blessures infligées lors d'une "action ennemie" dans la province d'Al-Anbar, le foyer de l'insurrection sunnite, dans l'ouest du pays, a-t-elle précisé dans un autre communiqué.
Depuis l'invasion de l'Irak en mars 2003, au moins 3.026 militaires américains et personnels assimilés sont morts dans ce pays, selon un décompte de l'AFP établi à partir des chiffres du Pentagone.
En décembre 2006, 112 soldats américains sont morts en Irak, ce qui en a fait le mois le plus meurtrier pour l'armée américaine depuis novembre 2004, selon le Pentagone.

Attaques
Par ailleurs, neuf personnes, dont un colonel de l'armée, ont été tuées dans des attaques hier dans différentes régions de l'Irak, a-t-on appris auprès des services de sécurité.
Trois civils, dont deux femmes, ont été tués par balles par des hommes armés à Madaen, à 25 km au sud de Bagdad, selon la police.
A Bagdad, trois personne et un employé de la société de téléphonie mobile, Athir, ont été tués et deux autres blessés par des hommes armés, dans le quartier de Yarmouk (ouest).
A Mossoul (370 km au nord de Bagdad), un colonel de l'armée irakienne, Nizar Hamid, a été tué et deux soldats blessés par l'explosion d'une bombe artisanale au passage de leur patrouille.
Dans cette ville à majorité sunnite du nord du pays, un employé d'une radio locale a été abattu par des hommes armés alors qu'il se rendait au siège de la radio dans l'est de Mossoul.
Il s'agit du sixième journaliste ou employé des médias tué en moins de trois mois à Mossoul, la troisième ville du pays.
La police a par ailleurs annoncé l'arrestation de quatre personnes recherchées dans la localité d'Iskandariyah (60 km au sud de Bagdad), pour avoir mené des attaques contre les forces irakiennes et de la Coalition.
Enfin, un imposant dispositif de sécurité a été mis en place hier dans la ville de Kerbala, qui abrite le mausolée de l'imam Hussein vénéré par les Chiîtes, pour la commémoration du deuil chiîte de l'Achoura, selon des responsables locaux.
Le chef de la police locale, le général Mohammed Mohsen Abou Al-Walid, a pour sa part précisé, dans des déclarations à l'AFP, que le plan prévoyait "le déploiement de quelque 8.000 policiers, auxquels s'ajoutent des forces de l'armée irakienne".




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com