Combats dans le centre de Bagdad, deux GI’s tués : L’armée US s’use





Un hélicoptère Blackwater abattu

Des combats ont opposé hier à Bagdad des forces irakiennes et américaines aux hommes armés, dans le quartier sunnite de Haifa, après une accalmie d'une semaine, et au lendemain de la mort de cinq gardes de sécurité privée américains dans la chute d'un hélicoptère et la mort de deux Marines dans l'ouest de pays.

Le Quotidien-Agences
Deux Marines américains ont été tués dans la province Al-Anbar, à l'ouest de Bagdad, a annoncé l'armée dans un communiqué.
"Un Marine de la 1ère force expéditionnaire des Marines et un autre relevant du 5ème régime de combat sont morts des suites de blessures reçues au combat dans la province d'Al-Anbar", indique le communiqué militaire américain.
Ces morts portent à 52 le nombre de soldats américains tués en Irak depuis le début du mois de janvier.
Par ailleurs, un hélicoptère de la société de sécurité privée américaine Blackwater s'est écrasé, avant-hier soir, dans le quartier de Fadl, qui fait face à Haïfa, faisant cinq morts parmi les passagers.
L'attaque a été revendiquée par trois groupes de la guérilla sunnite en Irak, l'Armée islamique en Irak, Ansar al-Sunna et les brigades de la révolution de 1920.

Représailles
Après cette chute de violents affrontements ont éclaté dans la nuit et se sont prolongés dans la matinée dans la rue Haifa, bastion sunnite du centre de Bagdad, sur la rive ouest du Tigre et dans le quartier majoritairement sunnite de Fadl, juste de l'autre côté du fleuve.
Les combats, à l'arme automatique, à la mitrailleuse, et aux roquettes antichar, ont éclaté à l'aube et se sont poursuivis jusqu'en milieu de matinée, selon des journalistes de l'AFP.
"Une unité militaire irakienne, soutenue par des forces américaines, affronte des hommes armés dans les quartiers de Fadl et de Haïfa. Six combattants et trois suspects ont été arrêtés et d'importantes caches d'armes ont été découvertes dans une école primaire, dans la rue Haifa", a indiqué une source des services de sécurité irakiens.
Des hélicoptères américains ont survolé la zone et ouvert le feu sur les résistants, selon la source de sécurité irakienne.
L'armée américaine a annoncé le lancement hier matin d'une opération baptisée "Tomahawk Strike 11" visant à isoler les résistants de la rue de Haïfa et à reprendre le contrôle du quartier situé à moins de 2 km de la zone verte fortifiée qui abrite les institutions irakiennes.
Le 9 janvier, près de mille soldats irakiens et américains avaient mené une opération conjointe à Haïfa, avec l'appui d'hélicoptères d'attaque, faisant cinquante tués parmi les insurgés, selon un bilan irakien. De nouveaux affrontements avaient éclaté les 14 et 17 janvier.
L'armée américaine a en outre fait état, dans un communiqué, de l'arrestation de "trois terroristes" au cours d'un raid dans le nord de Bagdad visant al-Qaïda, sans préciser le lieu. Un enfant de 12 ans, grièvement blessé au cours de l'opération est mort à son arrivée à l'hôpital, a ajouté l'armée.
Toujours sur le terrain, vingt -deux personnes, dont six policiers, ont été tuées au cours d’une série d’attaques hier Enfin, le ministre de l'Enseignement supérieur, Abed Diab Al-Oujaïli, a échappé hier matin à une embuscade tendue par des hommes armés dans le sud de Bagdad, qui a fait un mort et un blessé parmi ses gardes.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com