Sunnites et Chiîtes adoptent un plan de sécurité de Bagdad : Le bout du tunnel ?





Sur fond de chaos sécuritaire qui a fait une trentaine de morts hier, le Parlement irakien a adopté hier le plan américano-irakien de sécurité de Bagdad. Un plan soutenu par Sadr.

Le Quotidien-Agences
Le Parlement irakien a adopté hier à l'unanimité le plan de sécurité de Bagdad, qui sera mis en oeuvre par les forces irakiennes et américaines, lors d'un vote à main levée.
Le vice-président du Parlement Khaled al-Attiyah a demandé à l'issue d'un débat que le plan, visant à démanteler les milices et à faire régner la loi dans la capitale, en proie à des violences confessionnelles qui ont fait des milliers de morts, passe au vote.
L'ensemble des 160 députés présents, sur les 275 que compte le Parlement, a voté pour le plan présenté par le Premier ministre Nouri Al-Maliki.
Auparavant, les chefs de groupes parlementaires ont pris la parole pour soutenir le plan, notamment celui du chef chiîte Moqtada Sadr dont la milice, l'armée du Mahdi, est dans le collimateur de l'armée américaine.
"Nous sommes en faveur de ce plan. Le groupe parlementaire de Sadr annonce son soutien à ce plan tel que présenté par le Premier ministre", a déclaré Bahaa Al-Aaraji, un des élus sadristes.
En début de séance, Maliki a expliqué que le plan, qui divise Bagdad en neuf secteurs d'opération contrôlés par des unités mixtes de la police et de l'armée, vise "tous les hors-la-loi" et "n'épargnera aucune permanence ou mosquée qui abriterait des hors-la-loi".
Le plan, a-t-il martelé, "ne vise aucune communauté en particulier, sunnite ou chiîte, mais (...) prévoit de poursuivre et d'arrêter toute personne violant la loi".
"Il n'est pas permis qu'il y ait un Etat dans l'Etat. Aussi, le port d'armes sera interdit et les contrevenants poursuivis. Ceux qui abusent des biens publics, et utilisent des voitures de fonction officielles pour d'autres missions feront l'objet de poursuites", a-t-il ajouté.
Le Premier ministre a affirmé que les personnes occupant des maisons appartenant à des personnes déplacées seront arrêtées, et les déplacés réintégrés dans leur foyer.
Le plan de sécurité, a-t-il souligné, "est irakien à cent pour cent et sera sous commandement irakien". "Le rôle de la Force multinationale sera un rôle de soutien", a-t-il déclaré.
"Aucun facteur politique ne sera pris en compte dans l'application de ce plan. Et s'il n'est pas couronné de succès, il y aura un deuxième et troisième plan pour arriver à des résultats", a affirmé Nouri Al-Maliki.

Attaques
Sur le terrain, vignt personnes ont été tuées hier et 20 autres blessées dans une attaque suicide dans le centre de la capitale.
Quinze autres personnes ont été tués et 27 blessés hier dans des attaques à Bagdad, dont un à la moto piégée contre un marché, a-t-on appris auprès des services de sécurité.
Une moto piégée a explosé en milieu de matinée dans un marché très fréquenté du centre de Bagdad, tuant huit passants et en blessant 20 autres.
La moto "garée dans l'une des ruelles du marché de Chorja, l'un des anciens souks de Bagdad, a explosé vers 11H00 (08H00 GMT)", a-t-on précisé de même source. Les blessés ont été évacués vers l'hôpital Al-Kindi.
A Bayah, quartier du sud-ouest de la capitale, deux bombes placées au bord de la route sur une artère commerciale ont explosé à quelques minutes d'intervalle, tuant trois passants et en blessant sept autres.
Par ailleurs, à Souaira, une douzaine de corps non-identifiés, portant des traces de torture et des impacts de balles, ont été enterrés mercredi dans le cimetière de la ville. Au total ce cimetière abrite quelque 200 tombes de personnes non identifiées, restées plusieurs semaines dans la morgue sans que personne vienne réclamer le corps.
Les tombes portent des numéros et des photos des victimes pour une possible identification ultérieure, a indiqué un médecin légiste.
Il s'agit vraisemblablement de victimes de violences confessionnelles qui ont fait des dizaines de milliers de morts en Irak.
Mercredi matin, le corps d'une nouvelle victime a été découvert près de Souaira. Elle porte des traces de balles et de torture et a les pieds et les mains liées.
Enfin, l’ambassadeur américain en Irak, Zalny Khalizad, a confirmé hier la mort de cinq employés américains de la société de sécurité privée Blackwater, mardi à Bagdad, lors d’une attaque au cours de laquelle un hélicoptère a été abattu et une deuxième touchée.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com