Campagne présidentielle française : Ségolène en appelle à Jacques Chirac





• Les socialistes réclament le départ de Sarkozy

La candidate socialiste à la présidence en France a estimé qu'il revenait au président Jacques Chirac "d'assurer le bon fonctionnement" de la campagne après la polémique sur une enquête qui aurait été menée par la police sur un membre de son équipe. Le parti socialiste est allé plus loin, réclamant le départ de Sarkozy

Le Quotidien-Agences
Interrogée sur RMC Info et BFM-TV, Ségolène Royal a dénoncé "l'organisation d'attaques généralisées sur tous les plans, y compris sur (sa) vie privée".
L'hebdomadaire satirique Le Canard Enchaîné a affirmé que les services de renseignement de la police avaient enquêté, sur "ordre en provenance du cabinet" du ministre de l'Intérieur et candidat UMP (droite) à la présidentielle Nicolas Sarkozy, sur Bruno Rebelle, ex-directeur de Greenpeace France ayant rejoint récemment l'équipe de campagne de la candidate socialiste.
Sarkozy a démenti toute implication mais le Parti socialiste a réclamé le départ du ministre de l'Intérieur du gouvernement.
"Il faut que l'enquête (sur ces allégations) se déroule. Une campagne éléctorale ne doit pas tout permettre. (...) Il appartiendra au président de la République d'assurer le bon fonctionnement d'une campagne électorale présidentielle", a estimé Royal, en baisse dans les sondages face à Sarkozy.
"Je ne veux pas me situer à ce niveau là et les Français m'en sauront gré.
Les Français ont envie que la campagne se situe sur les vrais enjeux", a-t-elle dit.
Le journal populaire Le Parisien de jeudi a affirmé que l'information sur cette enquête des Renseignements généraux (RG) lui avait été "confirmée par plusieurs sources proches du ministère de l'Intérieur".
Le Canard Enchaîné affirme de son côté qu'une "notice" de trois pages a été rédigée par les Renseignements généraux (RG) sur Bruno Rebelle, ex-directeur de Greenpeace France qui a récemment rejoint l'équipe de Mme Royal, ce "qui a mobilisé pendant trois jours six fonctionnaires du ministère".Sarkozy a qualifié de "ridicules" les affirmations du Canard Enchaîné.
Le cabinet du ministre a de son côté "démenti formellement" avoir diligenté une enquête de ce type.
"Dès son arrivée en 2002, Sarkozy a demandé aux RG de ne pas effectuer d'enquêtes politiques, souhaitant qu'ils se consacrent davantage à d'autres sujets, tels que la lutte contre le terrorisme ou l'économie souterraine dans les banlieues", a souligné le cabinet du ministre.
Le chef du Parti socialiste François Hollande, également compagnon de Royal, avait auparavant réclamé devant la presse "qu'il y ait immédiatement des vérifications".
"Je demande que ces informations soient, je l'espère, infirmées mais si elles sont confirmées alors il faudra en tirer toutes les conséquences au niveau de la campagne présidentielle", a-t-il prévenu.
Auparavant, le porte-parole du PS Julien Dray avait dénoncé des "pratiques inacceptables" relevant "des pires campagnes électorales".
Il y a quelques jours, Royal avait affirmé que la droite utilisait des méthodes de "racaille", après avoir été accusée d'avoir eu recours, avec François Hollande, à un montage immobilier pour échapper à l'impôt sur la fortune. Son camp avait dénoncé "un coup tordu des amis de Nicolas Sarkozy".
Le couple socialiste a dû expliquer qu'il avait payé cet impôt ces deux dernières années.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com