Téléphonie : A-t-on abandonné le projet d’un deuxième opérateur fixe ?





Prévu en 2006 conformément au plan d’ouverture du secteur des télécommunications, le lancement d’un appel d’offres international pour le choix d’un deuxième opérateur de téléphonie fixe en Tunisie n’a pas toujours eu lieu. Encore sous étude, ce projet risque d’être reporté pour une plus longue période ou même d’être abandonné.

Tunis-Le Quotidien
A l’instar des autres pays de la région, la Tunisie a opté pour une libéralisation graduelle du secteur des télécommunications afin de lui permettre de se développer et de suivre l’évolution rapide enregistrée un peu partout dans le monde.
C’est ainsi que le secteur a connu, en premier lieu, l’octroi en 2002 d’une deuxième licence de téléphonie mobile (GSM) pour le groupe « Orascom Télécom » qui a donc créé le premier opérateur GSM privé en Tunisie « Tunisiana », entré en service depuis la fin de la même année.
Cette première entrée a laissé croire qu’elle mettra une fin à l’ère du monopole dans les différentes branches du secteur des télécommunications. D’autant plus qu’elle a été marquée par une réussite spectaculaire et a permis d’apporter une nouvelle ère de concurrence à ce secteur au grand profit du consommateur tunisien.
Le plan d’ouverture du secteur prévoyait, après cette première entrée, l’introduction de nouveaux opérateurs pour les trois autres branches, à savoir, la transmission de données, le V-Sat et enfin la téléphonie fixe.
Si les deux premières branches ont connu véritablement l’entrée de deux nouveaux opérateurs privés respectivement en 2004 et 2005, celle de la téléphonie fixe, dont l’ouverture était prévue en 2006, reste toujours détenue par un seul opérateur « Tunisie Télécom ».
On croit savoir, en effet, que les services du ministère des Technologies de la communication « étudient » encore la faisabilité et l’impact attendu de l’éventuelle entrée en service d’un deuxième opérateur de téléphonie mobile.
Le temps pris par cette étude demeure incompréhensible, surtout que l’ouverture des autres branches a permis d’enregistrer des résultats forts remarquables notamment au niveau de la dynamique des offres commerciales et de la course à la satisfaction du client. Ces ouvertures témoignent de l’importance de la libéralisation dans le secteur et de ses retombées tant économiques que sociales.
Outre cette étude interminable, le report continu de l’entrée en service d’un deuxième opérateur de téléphonie fixe pourrait être expliqué par la privatisation partielle de l’opérateur historique « Tunisie Télécom » et l’entrée de son partenaire stratégique émirati « Tecom/DIG ». Ce dernier aurait peut être exigé un tel report jusqu’à ce qu’il arrive à consolider la position de son partenaire au niveau du marché du GSM.
Quoi qu’il en soit, l’ouverture de l’activité de la téléphonie fixe en Tunisie ne semble pas se dessiner du moins en ce moment où la concurrence au niveau du GSM ne cesse de s’accroître.

Mohamed ZGHAL




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com