Moncef Kahloucha : «Après VHS Kahloucha, découvrez mon nouveau film !»





Moncef Kahloucha n’a jamais imaginé qu’il sera un jour l’une des figures célèbres de la rue tunisienne. Grâce à «VHS Kahloucha», un documentaire signé par Néjib Belkadhi, ce personnage a connu la célébrité. A travers des projections ici et ailleurs dans de grands festivals aux USA, au Canada et même en Thaïlande, ce documentaire a captivé l’attention et récolté l’admiration. Les choses ont changé?

Projeté dans de nombreuses salles de la Capitale comme celles de l’Africa, Amilcar et Al Hambra ou à Bizerte et Sousse, «VHS Kahloucha» connaît un franc succès auprès du public d’une semaine à une autre. Ce documentaire tire ses origines de la réalité tunisienne et surtout du vécu du quartier populaire «Kazmet», situé à Sousse. Dans l’obscurité de nos salles, le public a découvert Moncef Kahloucha, le premier personnage de ce documentaire. Peintre en bâtiment de son état, le héros de Néjib Belkadhi est un passionné fou de cinéma qui a choisi de se donner corps et âme au 7ème art.
Producteur, réalisateur, comédien, décorateur…, Moncef Kahloucha porte presque toutes les casquettes et s’occupe de toutes les étapes qui accompagnent la genèse de ses films tournés essentiellement dans son quartier «Kazmet» . Des films ou le western, le polar, l’action et le thriller se croisent pour dessiner les rêves cinématographiques de cette personnalité «phénoménale».
Aujourd’hui, le héros de ce documentaire vit sur un petit nuage. La vie des stars lui a beaucoup plu et les regards d’admiration et les propos élogieux qu’il écoute à la suite de chaque projection réchauffent son cœur et nourrissent sa passion sans bornes pour le cinéma. «J’ai quitté Sousse et surtout mes amis et ma famille à «Kazmet» pour assister à la sortie de «VHS Kahloucha» à la Capitale. Je suis vraiment comblé et mon bonheur n’a pas de limites car les gens ont aimé le film et apprécié mon talent et mes efforts. J’ai choisi de faire le tour des salles et d’être près du public. Les mots me trahissent et je n’arrive pas à trouver les expressions adéquates qui peuvent traduire mes sentiments. J’ai vécu des moments inoubliables devant les salles de cinéma à la suite de chaque projection. Les gens viennent vers moi pour avoir des autographes ou se photographier près de moi…ces moments m’ont donné des ailes et m’ont rassuré. Aujourd’hui, je suis prêt à entamer une nouvelle aventure», nous confie Moncef Kahloucha.
Comme tout artiste qui fait ses débuts, Moncef Kahloucha souhaite trouver plus de soutien pour pouvoir achever son nouveau film. «Ce grand succès m’a vraiment encouragé à me lancer dans de nouveaux projets. D’ailleurs, j’espère que je vais continuer dans les jours qui viennent mon nouveau film d’action intitulé «Voilà, Paolo qui arrive». Si j’avais une subvention ou une aide d’une dizaine de millions, je peux terminer mon film en quelques jours. Tout est bien tracé dans ma tête. J’adore les films d’actions et surtout les comédiens américains comme Clint Eastwood, Marlon Brando…Les films de Jackie Chan m’impressionnent mais je suis capable de faire mieux que lui et je n’ai pas besoin de comparses pour me remplacer dans les rôles dangereux. Vous m’avez vu dans le documentaire de Néjib Belkadhi ?», note-t-il.
Pour le cinéma tunisien, Moncef Kahloucha souhaite que les promesses et les bonnes relations qu’il a établies avec un bon nombre de nos cinéastes donneront leurs fruits. Sera-t-il l’une des nouvelles figures du cinéma tunisien ? Moncef Kahloucha affirme qu’il répondra présent si l’un de nos réalisateurs lui propose un rôle. «Je veux un rôle qui mette en exergue mon talent», précise-t-il. Et dans ses rêves les plus «fous», Moncef Kahloucha espère prendre part à des festivals internationaux et convaincre les grands noms de Hollywood de son talent. Parlant business, ce personnage n’a pas caché sa joie et sa satisfaction de collaborer avec Néjib Belkadhi et toute l’équipe. «Je vous assure mon prochain film sera une bonne surprise pour les cinéphiles», promet Moncef Kahloucha à l’adresse de «son» public.

Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com