Le partage des richesses





Le poids des mots et l’impact des chiffres ont résonné dans un écho qui s’est fait ressentir jusqu’au fin fond de la Tunisie au moment où chacun apprit les objectifs et les politiques qui parachevaient l’examen du XIème Plan lors du dernier Conseil ministériel présidé par le Chef de l’Etat.
Une profession de foi a été déclinée, toute simple par sa formulation mais si émouvante par son attachement à la prospérité de l’individu tunisien: «Poursuivre une politique de répartition du revenu ayant pour objectifs de faire progresser l’indicateur de développement humain, de consolider la place de la classe moyenne et de réduire le taux de pauvreté».
C’est en cette simple phrase que l’on peut résumer l’esprit du XIème Plan de développement car si celui-ci est porteur des grands axes de nos stratégies à tous les niveaux, il reste que tout cela converge vers le but final que le progrès et la réussite soient partagés par tous.
Il faut dire que ces stratégies, basées sur le programme électoral du Chef de l’Etat, battent des records de lucidité. En d’autres termes, la Tunisie rêve, mais ne rêvasse pas, d’un avenir en continuelle amélioration. La nuance est claire au moment où notre pays met à contribution toutes les compétences imaginables pour prospecter toutes les facettes du possible, selon nos ressources, nos moyens et les conditions exogènes venant d’un monde en pleine transition.
Dans ces conditions, notre pays peut prétendre accélérer son rythme de croissance pour atteindre un taux de 6,1% par an. Condition sine qua non de l’objectif du Président Ben Ali de porter le niveau du revenu par habitant de 4000 dinars aujourd’hui à environ 5700 dinars en fin du XIème Plan. Faut-il rappeler que, dans la foulée, le Chef de l’Etat restera invariablement attaché au challenge qu’il s’est fixé depuis des années de donner chaque jour un nouveau souffle à l’emploi dont il a fait sa première priorité?
L’une des politiques principales qui gèrent le XIème Plan est d’ailleurs d’orienter continuellement la Tunisie vers les secteurs prometteurs à forte employabilité et à haute valeur ajoutée.
De plus, le Président Ben Ali a particulièrement insisté sur la nécessité impérieuse de garantir la paix sociale et de rationaliser la politique de répartition du revenu. En d’autres mots, faire profiter les différentes catégories et régions des fruits du développement.
La Tunisie a une profonde croyance en l’aptitude de l’individu tunisien à s’adapter aux nouvelles règles de la globalisation rampante et à prendre en main sa propre destinée mais elle ne cessera jamais de lui témoigner tout le soutien dont il a besoin pour se réaliser et, surtout, elle fera tout ce qui est humainement possible pour que chacun d’entre nous bénéficie du progrès du talent national.

Manoubi AKROUT
manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com