C.A. – S.T.





L1 (15ème J.) - Stade Olympique d’El Menzah (15h00) - Arb. : Himoudi (Alg.) - Direct TV T7

Du côté clubiste
D’un challenge à l’autre

Un derby chasse l’autre, les Clubistes en seront donc à leur second en l’espace de huit jours. Aujourd’hui, le CA sera opposé au ST.

C’est d’ailleurs une succession de confrontations de grande importance qui a été entamée face aux Sang et Or, suivie cette semaine par le duel face aux Stadistes du Bardo, avant d’enchaîner avec le déplacement à Zarzis, lequel sera suivi par un grand classique du football tunisien opposant les Rouge et Blanc aux Clubistes sfaxiens.
C’est dire que les gars de Bab Jedid abordent désormais un tournant particulièrement glissant et dont dépendra pratiquement la suite de la compétition. C’est dire que les choses sérieuses ont bel et bien commencé pour Bertrand Marchand et sa bande, d’autant que leurs supporters, toujours aussi fidèles, ne rêvent plus que de ce «Scudetto» qui fuit leur club depuis bien longtemps.
La préparation pour le rendez-vous de tout à l’heure, qui s’est poursuivie régulièrement tout au long de la semaine, aura été cependant légèrement perturbée par l’euphorie excessive de certains fans qui n’ont pas cessé de fêter à leur façon le succès du derby, ainsi que l’absence forcée de quelques éléments. Lassaad Ouertani, Oussama Sellami et Chokri Zaalani seront, comme tout le monde le sait, suspendus pour ce match et manqueront cruellement à leurs coéquipiers.
Le coach clubiste n’a pu compter par ailleurs sur les joueurs convoqués en sélection olympique qu’au cours des deux derniers jours, alors que Mustapha Bidhodhane, parti dimanche au Maroc pour ramener sa famille, n’a repris que mercredi.

Aller de l’avant
Malgré tous ces soucis et les tracas qui entravent tout de même la marche de la formation clubiste appelée à négocier cette rencontre dans les meilleures conditions, le staff technique s’est attelé à la tâche sans la moindre relâche.
Reste à savoir pour quelle équipe-type optera le technicien français ? qui a multiplié les variantes afin de présenter une formation équilibrée dans ses trois compartiments. Une chose est sûre cependant, la défense, à l’exception de la titularisation de l’excentré gauche Anis Amri pour suppléer Chokri Zaalani, ne subira normalement pas de changement.
Aussi, les Khaled Souissi, Mohamed Ali Gharzoul et Jean-Pierre N’janka évolueront-ils comme à l’accoutumée devant l’inamovible Ali Boumnijel.
Tandis que l’attaque sera animée par le trio composé de Moussa Poukong, Mustapha Bidhodhane et Zouheir Dhaouadi. Une triplette qui pèsera certainement lourd sur l’arrière-garde adverse.
C’est à l'entrejeu que la situation demeure un peu confuse, d’autant que Bertrand Marchand semble hésiter et ne se prononcera manifestement qu’à la dernière minute pour les deux hommes qui épauleront Wissem Yahia dans ses manœuvres pour presser le milieu stadiste et alimenter la ligne offensive de bonnes balles jouables.
Walid Hichri, le joker préféré de Marchand, aura en tout cas de fortes chances d’être aligné d’entrée. Il en est de même également pour le nouveau venu Mohamed Ali Derbali. A moins que le coach clubiste ne lui préfère finalement Borhane Ghannem qui n’a jamais démérité à chaque fois qu’on a eu recours à ses services...

Formation probable
Boumnijel, Souissi, Gharzoul, N’janka, Amri, Hichri, Derbali, Yahia, Poukong, Bidhodhane, Dhaouadi.

Mansour AMARA

_______________

Moussa Poukong : «Prêts à relever tous les défis»

Grâce à ce but “chipé” à l’ultime minute du derby, un but qui aura peut-être son pesant d’or lors du décompte final, le petit Camerounais Moussa Poukong est entré de plain-pied dans l’histoire, sinon dans la légende du club de Bab Jédid.

Mais que ressent-il encore, une semaine après cet exploit dont on parle toujours dans l’entourage de la formation clubiste? “J’en suis fier bien entendu, très fier d’avoir contribué à ce succès très précieux. Mais il faut cependant noter que je n’en tire aucune fierté personnelle, car c’était le résultat du travail de tout le groupe qui a été ainsi récompensé.
Nous avons en effet bien sué ces derniers temps pour consolider notre leadership, étant convaincus plus que jamais que tous nos adversaires se préparent minutieusement pour nous faire trébucher. Ce qui nous poussera à travailler d’arrache-pied et à redoubler d’efforts afin de préserver notre acquis et garder de la sorte notre position en tête. Il faut avouer toutefois qu’une victoire dans le derby a une saveur particulière”.
Mais les challenges ne manquent pas pour autant du moment que les Clubistes seront appelés à relever un nouveau défi avec un second derby à la clé face aux Stadistes du Bardo. Ils auront également à gérer une situation délicate étant privés de pas moins de trois titulaires. Qu’en pense notre interlocuteur?
“Je crois que ce classique est venu au bon moment pour nous, puisqu’il intervient alors que l’équipe est en pleine euphorie. Certes la formation stadiste constitue un adversaire qui force le respect, mais il ne nous est plus permis de gaspiller des points. Il s’agit au contraire d’en récolter le maximum pour nous prémunir contre tout possible retour de nos poursuivants.
S’il est vrai par ailleurs que les trois absents comptent beaucoup dans le dispositif de notre équipe, il n’en reste pas moins qu’on constitue plutôt un groupe solidaire. Autrement dit, on ne s’en ressentira pas, et on jouera de ce fait pour gagner et aller toujours de l’avant”.

M.A.

_______________

Marchand se méfie des «amis»

Après Abdelhak Ben Chikha et sa mauvaise surprise, après l’enfant du pays Jacky Duguépéroux etl’étincelante victoire sur lui dans le chaud derby tunisois, Bertrand Marchand, le coach français, sera aujourd’hui à l’épreuve d’un troisième ami étranger d’affilée, en la personne du Brésilien Robertinho. Si, face à l’ensemble de Duguépéroux, les Clubistes ont mis fin à une longue période de vaches maigres, quelques jours après avoir été crucifiés at home par une admirable équipe de l’ESZ à El Menzah, devant les Stadistes du Bardo ce sera une autre paire de manches et l’adversaire proposé, connu par son irrégularité et ses résultats en dents de scie face aux «grands» n’a plus goûté à la saveur de la victoire face aux gars de Bab Jedid depuis voilà... 7 ans. Marchand craint un relâchement des siens et un retour fulgurant de ses adversaires, stimulés sans doute par... l’exploit clubiste face aux Sang et Or. Et ils peuvent rêver d’une performance identifique face... aux Clubistes qui ne veulent pas passer du chaud au froid et de l’euphorie a la désillusion. Verrait-on un ST modèle CA face à l’EST devant le leader sur sa lancée ? Marchand est averti.

A.D.

______________________________

Du côté stadiste
De solides arguments à faire valoir

Le chapitre de la rencontre face à l’OB étant définitivement clos, le ST s’est attelé à la tâche dès le début de cette semaine pour préparer convenablement son rendez-vous de tout à l’heure face au voisin clubiste.

Soucieux de réussir cette sortie, les Stadistes ont effectué un stage bloqué depuis mercredi dernier à Aïn Draham. Ce rassemblement a permis à Robertinho de travailler dans la quiétude, surtout que le technicien brésilien a disposé de la totalité de son effectif puisque, hormis Amir Akrout, expulsé à Béja, on ne déplore aucune absence du côté du club bardolais.

Quel schéma?
Pour cette rencontre et surtout en raison de la richesse de l’effectif Robertinho s’est trouvé confronté à un véritable casse-tête en ce qui concerne le schéma à adopter.
En effet, l’entraîneur stadiste hésite encore entre le 3-5-2 et le 4-4-2 qui sied le plus au profil des joueurs stadistes. A cet effet, il a multiplié les essais au cours du match d’application. D’ailleurs, il semble que Robertinho cherche plutôt à cacher son jeu et à “mijoter” une surprise aux Clubistes puisque, en dehors de Boulaâbi, Toniato, Denisio, Korbi et Naouali, personne n’est sûr de participer.
Autre casse-tête pour Robertinho: il s’agit de celui inhérent à la ligne d’attaque où quatre candidats se bousculent pour deux places, même si Denisio et Jedidi tiennent actuellement la corde. Le Brésilien peut surprendre tout le monde et faire confiance au jeune Chedly Krimi qui piaffe d’impatience pour jouer et prouver l’étendue de son talent. Attendons donc voir, car la décision finale ne serait prise en ce qui concerne la formation qu’au tout dernier moment. Toutefois, une chose est quasi-certaine: le ST abordera ce rendez-vous en sérieux outsider face à un CA qui évolue, certes, sur un nuage après son succès dans le derby, mais qui sera amputé des services de deux joueurs de base (Sellami et Ouertani) ce qui pourrait faire l’affaire des Stadistes porteurs de l’espoir des poursuivants, surtout qu’il possède les arguments de nature à lui permettre de réussir dans sa mission.

Mohamed Ali FERCHICHI

_______________

Wissem Naouali : «Ambition sans limites»

Depuis qu’il a “arraché” sa place de titulaire dans la formation stadiste, Wissem Naouali n’a cessé de démontrer l’étendue de son talent immense.

Comment s’est déroulée votre préparation pour le match de tout à l’heure face au CA?
Elle s’est passée dans de très bonnes conditions surtout que le Comité n’a pas lésiné sur les moyens. En effet, grâce au stage effectué à Aïn Draham, nous avons pu nous préparer dans la quiétude totale et par conséquent nous sommes fin prêts aussi bien mentalement que physiquement pour aborder ce match dans de très bonnes dispositions.

Quel serait d’après vous le meilleur moyen pour aborder cette rencontre?
Il faut savoir gérer le début de la rencontre et observer le premier quart d’heure de bonne manière c’est-à-dire exercer un pressing haut pour éviter de subir le jeu des Clubistes et les priver d’espace. Par la suite, nous devons jouer notre football basé essentiellement sur le jeu collectif.

L’absence de Amir Akrout (qui passe par une bonne période) ne risque-t-elle pas de vous poser un problème au niveau de la ligne d’attaque?
Je ne le pense pas car au ST ce ne sont pas les attaquants de valeur qui manquent et je crois qu’aussi bien Denisio, Jedidi, Krimi et Edson sont capables de relayer Amir et puis la concrétisation est l’affaire de tout le monde car on peut gagner un match sur un petit détail, une balle arrêtée, grâce à un milieu ou à un défenseur donc tout le monde est concerné.

Que redoutez-vous le plus au sein du CA?
Le Club de Bab Jedid possède plusieurs cartes maîtresses, et nous devons être vigilants dans tous les secteurs et toutes les zones pour éviter toute mauvaise surprise.

Mais l’absence de joueurs de base tels que Sellami ou Ouertani peut-elle faciliter votre tâche?
Sellami et Ouertani sont, certes, deux joueurs de valeur mais il ne faut pas oublier que le CA a un banc de remplaçants bien fourni en joueurs de talent qui peuvent constituer un danger à tout moment.

Pour terminer, quelles sont les ambitions du ST pour ce match mais aussi pour la suite de la compétition?
Il est évident que pour ce match nous ambitionnons de glaner les trois points de la victoire. Quant à la suite du parcours, nous cherchons à occuper cette année un rang avancé. C’est-à-dire parmi les quatre premières équipes du classement.

M.A.F.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com