U.S.M. – C.S.S. (2 – 1) : Le cran des Monastiriens a prévalu





Si certaines rencontres sont appelées à être oubliées de par la maladresse des joueurs et le gâchis intolérable qui les ont ponctués, celle d’avant-hier ne sera pas effacée de sitôt de la mémoire des Monastiriens qui ont donné une véritable leçon à méditer par plus d’un observateur averti.

En dépit des difficultés rencontrées ces derniers temps, engendrées par la surprise désagréable des réserves du CSHL à leur encontre, des absences de taille de certains éléments déterminants, tels Bnouni, Falhi, Ben Abdelkader, Ayari, et autre Makhlouf, les Usémistes ont fait preuve d’un cran remarquable et d’un réalisme étonnant, face à des Sfaxiens qui se croyaient des maîtres absolus sur le terrain, en faisant étalage de leur métier d’artistes, et du déploiement d’un répertoire technique impressionnant. Il est vrai qu’ils ont réussi à prendre l’avantage du score par Kouassi, dès la 11ème minute. Il est vrai, aussi, qu’ils ont dominé outrageusement la majeure partie des débats. Ils ont péché, cependant, par un manque flagrant d’efficacité pour traduire cet amalgame de mouvements sporadiques. Reprenant leur courage à deux mains, les gars de Samir Jouili, et à défaut de donner l’impression d’avoir abdiqué, au moment où on les croyait noyés, ont réalisé un retour fracassant à l’offensive, jusqu’à finir par déstabiliser l’arrière-garde de Jaouachi, sollicité, déjà, dès les 30 premières secondes par Salem. Alaya et Mzali se sont, même, associés au dispositif offensif. Le premier rata de peu l’égalisation (38’), le second, toujours de la tête, parvint à rétablir l’équilibre (40’). En seconde période du jeu, et contre les prouesses spectaculaires de leurs vis-à-vis, les Bleus, tels des sages, laissèrent passer l’orage pour revenir à la charge, grâce aux alertes répétées de Fernando, Alaya et Jdidi. Même renforcés par Laâbidi, Safi et Younès, l’attaque des Sudistes ne réussit pas à impressionner les Monastiriens. Le comble du pire allait se manifester sur ce tir anodin, mais vicieux de Jerry que Jaouachi ne put maîtriser pour éviter que la balle ne poursuive son bonhomme de chemin dans ses filets (84’). Le but nous a surpris tous, mais il était suffisant pour matérialiser cette volonté inébranlable de défier les circonstances désobligeantes d’avant-match, chez les Monastiriens, au grand bonheur d’un public qui a récidivé après l’euphorie de la rencontre USM - OB. Savez-vous que cette chorale usémiste du stade Ben Jannet a été invitée par le SG à animer ses fans, lors du dernier derby gabésien et elle a été royalement accueillie !

M. NABLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com