Chambre des députés : Débat fécond sur la protection de l’environnement





Le ministre de l’Environnement a répondu aux interrogations des députés concernant les diverses questions environnementales dans le cadre d’un débat tenu hier dans l’hémicycle du Bardo.

Tunis - Le Quotidien
La Chambre des députés a abrité hier un débat entre le ministre de l’Environnement et du Développement durable et les députés. C’était une occasion propice pour les élus de s’interroger sur la stratégie du ministère sur certains aspects de l’environnement ou de poser carrément des questions précises pour parfaire leur culture environnementale, et rafraîchir leurs mémoires.
Ainsi des questions se rapportant aux centres de collecte et de traitement des déchets, la protection du littoral, la désertification, le traitement des eaux usées, les pollutions atmosphériques dans certaines villes du Sud ont été soulevées par les députés. Les réponses du ministre ont permis d’effectuer un tour d’horizon sur la politique de son département et de rappeler les constantes de la politique du gouvernement en matière de préservation de l’environnement et de développement durable.
Des questions précises ont été posées au ministre dont l’une concernait la tarification de l’ONAS jugée relativement élevée.
M. Nadhir Hamada a affirmé à ce propos que les revenus de l’ONAS ne couvrent que 43% des frais occasionnés. Le ministre a toutefois indiqué qu’une étude a été menée à ce propos. Il n’est pas exclu, dit-il, de revoir le dossier d’une manière à ne pas nuire au pouvoir d’achat des citoyens. L’ONAS, a-t-il dit, demeure disposé à recevoir les doléances des citoyens soit pour les convaincre soit pour rectifier des erreurs éventuelles.
Le ministre a par ailleurs donné un avant-goût sur les projets de son département dans le domaine de l’environnement. Il a annoncé l’ouverture de la décharge publique de Bizerte demain qui va permettre de résorber les déchets de la région et par conséquent entraîner la fermeture des décharges sauvages.
M. Hamada a également annoncé la préparation du Code de l’environnement qui sera présenté au Conseil des ministres.

Pollution et prolifération du cancer
L’intervention de M. Mongi Khamassi, président du Parti des Verts pour le progrès, a été essentiellement axée sur les problèmes de pollution industrielle à Gabès et à Sfax. Il a affirmé que des cas d’allergie et de cancer sont apparus dans ces régions.
La réponse du ministre a été catégorique: «Aucune étude n’a montré le rapport entre la pollution et l’apparition de la maladie du cancer dans ces régions».

Lotfi TOUATI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com