En marge de U.S.M. – C.S.S. (2-1) : Lorsque la défaite se transforme en victoire





Les accolades et autres félicitations échangées, le visage rayonnant du coach Samir Jouili, accompagné par Tarek Achour, promu capitaine des Bleus, l’éclatement de joie du public monastirien à l’adresse des joueurs venus le saluer au coup de sifflet final, autant d’indices qui attestent la satisfaction de toutes les composantes usémistes quant au coup d’éclat réalisé par l’équipe. Se sont joints à la fête Ali Benzarti, ancien président du club et actuel patron de la FTBB, et Adel Tlatli, notre sélectionneur national qui ont assisté à la rencontre.

Euphorie justifiée
Le but réussi par les Clubistes Sfaxiens au cours du premier quart d’heure est venu à point nommé pour témoigner de la maîtrise de leur jeu, et de leur adresse à manœuvrer habilement leurs mouvements offensifs orchestrés scrupuleusement par Nafti à partir du flanc gauche. Dans le camp opposé, les Monatiriens, composés par une formation largement remaniée, en l’absence des Bnouni, Ben Abdelkader, Falhi, Ayari et Maâtouk, étaient loin de faire le contre-poids à l’image d’une évolution timide, et une prestation à l’emporte-pièce. Dès lors, on imaginait qu’un éventuel Waterloo allait s’abattre sur leurs épaules. Entre ce pressentiment, et la victoire arrachée en fin de match, tout un passé a été franchi pour créer cette symbiose émotionnelle généralisée.

Des Sfaxiens engloutis
Ce changement de décor n’est pas venu, tout de même, par hasard, encore moins par un coup de pouce quelconque. Lorsque les Alaya et Mzali dont la tâche est de protéger leurs propres zones, viennent en renfort aux premières lignes, et déstabilisent finalement une arrière-garde sfaxienne, jusque-là imperturbable, tout en réussissant l’égalisation par le second, l’on saisit le coup de force orchestré magistralement par des Monastiriens déterminés à défier toutes les hypothèses ressenties.
Jdidi, d’un côté, Salhia de l’autre, sans oublier la clairvoyance de Fernando, ont, eux aussi, contribué à ce bouleversement de situation. Le premier pour avoir tenu en respect Ziadi, le meilleur buteur de la compétition, le second par la couverture des couloirs en phase offensive. Le dernier grâce à son abattage et ses alertes lumineuses ayant été à l’origine des 2 buts.

Leçon d’abnégation
Dès l’entame de la partie, et le début prometteur d’un ensemble sfaxien parfaitement au point, personne ne pourrait plaider en faveur des Usémistes littéralement désorientés. L’équilibre des 2 forces en présence était difficile à concevoir. Il a suffi d’un sursaut d’orgueil et d’une prise de conscience salutaire pour éviter de se laisser humilier par cette intimidation exercée par leurs adversaires jusqu’à transformer la défaite en victoire. Un grand coup de chapeau à adresser à ces animateurs encadrés par M. Chokri Bel Haj, responsable du Comité des supporters.

M. NABLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com