Sousse : Le cinéma…c’est la vie !





«Sousse fête le cinéma tunisien». Aujourd’hui et demain ce sera une occasion pour «visiter» quelques expériences qui ont marqué notre cinéma durant ces deux dernières années.

«Qui aime la vie, aime le cinéma», tel est le slogan de ces deux jours 100% cinéma que propose la délégation régionale de la culture et de la sauvegarde du patrimoine de Sousse. Visant à consolider le lien entre le public, les cinéastes, les producteurs et surtout à encourager la production nationale, cette manifestation offrira aux cinéphiles un éventail de films qui n’ont pas trouvé le chemin des écrans de cette ville.
Côté débat et réflexion, l’équipe de la délégation régionale de la culture et de la sauvegarde du patrimoine a opté pour le lancement d’un grand débat sur le cinéma tunisien et mettre en lumière les diverses expériences et composantes qui font la pratique cinématographique tunisienne. «Réalités du cinéma tunisien : aperçu historique, production, rayonnement et distribution», «L’expérience des ciné-clubs en Tunisie», «La situation des ciné-clubs situés dans les maisons de la culture», «les exigences et les techniques nécessaires pour l’animation d’un ciné-club» et d’autres interventions sont à l’affiche de cette manifestation qui s’étale sur deux jours et qui verra la présence d’une brochette d’universitaires, de critiques et de responsables de ce secteur.
Parallèlement à ces débats, le critique Hédi Khelil présentera son nouvel ouvrage intitulé «Les ABC du cinéma tunisien» paru lors de la dernière édition des Journées Cinématographiques de Carthage, en novembre 2006.
Pour les cinéphiles, ces deux journées seront une aubaine pour se faire une idée détaillée et complète sur les récentes productions cinématographiques qui seront projetées au Centre Culturel de Sousse et à la maison de la culture Ali Ben Khalifa à Msaken. A l’affiche de ces deux espaces culturels une panoplie de films dont la majorité n’a pas encore été commercialisée. «La journée de la Tunisie à Cannes», «VHS, Kahloucha» de Néjib Belkadhi, «Fleur d’oubli» (Khochkhach) de Salma Baccar, «Khorma» de Jilani Sâadi, «Visa» de Brahim Letaïf, «Brise et vent» de Lassâad Dkhil, «La moisson magique» de Anis Lassoued, «Casting » de Farès Naânaâ et une dizaine de productions élaborées dans le cadre de l’expérience «10 courts, 10 regards». Cette série comportera la projection de «Mme Bahja» de Walid Tayaâ, «Contretemps» de Amine Chiboub, «Conversation» de Mohamed Kaïs Zayed, «Il faut que je leur dise» de Amel Smaoui, «Le bonheur» de Mohamed Ben Becher, «Perversion» de Wissem Tlili, «Train Train» de Taoufik Behi, «Zapp’in» de Jalel Bessaed…
Un débat autour de cette expérience qui a permis à un bon nombre de jeunes tunisiens à donner le jour à leurs projets sera lancé en présence de quelques cinéastes qui ont vécu cette aventure.

Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com